SNCB - Le conseil des ministres a adopté le plan pluriannuel d'investissement

19/07/13 à 16:21 - Mise à jour à 16:21

Source: Le Vif

(Belga) Le conseil des ministres a adopté vendredi le Plan Pluriannuel d'Investissement (PPI) de la SNCB pour la période 2013-2025, a annoncé vendredi le ministre des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille. Au total, 25,987 milliards seront affectés tant à la sécurité des trains qu'à leur ponctualité ou à l'augmentation de la capacité ferroviaire.

SNCB - Le conseil des ministres a adopté le plan pluriannuel d'investissement

Le PPI se concentrera sur le déploiement du système de sécurité ECTS qui sera terminé en 2022, le renouvellement d'infrastructures pour les rendre plus robustes et le remplacement de matériel obsolète, l'extension de certaines infrastructures et le confort. Le nombre de places assises sera augmenté (+120.000) grâce à l'acquisition d'un nouveau matériel roulant, l'aménagement de parkings ou des travaux en faveur des personnes à mobilité réduite. Dans l'enveloppe globale, une plus petite sera affectée aux projets jugés prioritaires par les Régions, soit 2,56 milliards d'euros. Cette enveloppe se divisera elle-même en trois parties. Il y aura 500 millions d'euros de cofinancement fédéral (dans ce mécanisme, fédéral et Régions doivent mettre le même montant) qui se déclinent en 270 millions pour la Flandre, 180 millions pour la Wallonie et 50 millions pour Bruxelles. Le PPI prévoit également 1,606 milliard d'euros de financement uniquement fédéral (718 millions pour la Flandre, 488 millions pour la Wallonie et 400 millions pour Bruxelles) et 460 millions d'euros, également fédéraux, pour les projets structurants liés à la traversée et à la desserte de Bruxelles. Parmi les points noirs, figure la jonction Nord-Midi au bord de la saturation. Les résultats d'une étude sont attendus pour la fin de l'année prochaine. Le nouveau PPI sera "coulissant". Afin d'éviter la rigidité du PPI précédent, il sera possible de prendre en compte l'évolution des différents chantiers et d'apporter des adaptations. Plutôt que de geler de l'argent parce qu'un projet est bloqué, le ministre souhaite pouvoir réaffecter des moyens pour permettre à des projets de commencer plus tôt. En parallèle, ces révisions seront accompagnées d'une prolongation de la période couverte. (Belga)

Nos partenaires