Sites d'information payants: une simple question de survie

14/12/12 à 15:36 - Mise à jour à 15:36

Source: Le Vif

(Belga) Les éditeurs francophones et néerlandophones ont décidé de créer Media ID, plate-forme de payement commune, permettant aux internautes d'utiliser un même profil sur tous les sites d'informations belges a annoncé le journal De Morgen vendredi. Si chaque groupe de presse optera pour un modèle économique propre et une offre particulière, on semble bien se diriger vers la fin du tout gratuit, rapporte encore De Morgen.

Pour Denis Pierrard, General Manager chez IPM (DH-La Libre Belgique), "il s'agit tout simplement d'une évolution capitale pour l'avenir des médias. Le modèle de la publicité sur internet a montré ses limites en terme de ressources. De plus, vu la richesse de l'information présente sur nos sites, nous estimons qu'il est normal de demander aux surfeurs de payer." Pour le moment, les sites de La Dernière Heure et de La Libre sont toujours gratuit à 100%. Du côté de sites de SudPresse et du Soir, entre autres, un certain nombre d'articles sont déjà soumis à une système d'abonnements. "Nous avons conscience de la trop grande disparité des divers modes de paiement selon les produits proposés. C'est un frein clair à l'achat de notre offre numérique" explique Philippe Laloux, Digital Manager au Soir. La plate-forme commune de payement en ligne pourrait se construire sur la structure de l'opérateur "Gopress", qui gère déjà la vente en ligne des PDF des journaux flamands et francophones. Elle devrait voir le jour en septembre 2013. Entre-temps, chaque éditeur aura planché sur sa propre offre payante. "Tous les médias présents sur internet envisagent le 'paywall'. Aux Etats-unis, 300 journaux en ligne ont déjà passé la rampe avec succès", toujours selon Philippe Laloux. "Les éditeurs de presse ne sont pas seuls dans ce projet. Des pourparlers sont aussi en cours avec les médias audiovisuels du nord et du sud du pays" a confirmé M. Pierrard. Du côté de Reyers, on "reconnaît que des discussions existent. Mais, la politique aujourd'hui n'est pas à l'identification des internautes et au payant" a réagi la RTBF. (DEL)

Nos partenaires