Sept chefs religieux s'opposent à des extensions de la loi dépénalisant l'euthanasie

06/11/13 à 11:15 - Mise à jour à 11:15

Source: Le Vif

(Belga) Sept chefs religieux représentant différentes confessions en Belgique affirment dans un communiqué mercredi leur opposition à de quelconques extensions de la loi de 2002 dépénalisant l'euthanasie, notamment aux mineurs, alors que le Sénat se penchera le même jour sur la question. "Nous voulons une fois encore faire entendre notre voix dans ce débat qui concerne toute la société", indiquent-ils.

Sept chefs religieux s'opposent à des extensions de la loi dépénalisant l'euthanasie

Bien qu'opposés à "la souffrance, tant physique que morale, en particulier celle des enfants", les chefs religieux considèrent que donner la possibilité à des mineurs de décider de leur propre euthanasie altère leur faculté de jugement et donc, "leur liberté". Concernant les personnes démentes, leur offrir ce choix est pour eux "un déni de leur dignité". Les auteurs du communiqué dénoncent aussi la pression à laquelle sont soumis l'ensemble des médecins pour qu'ils pratiquent un acte "soi-disant médical". Les chefs religieux associent ces possibles extensions à un isolement de la personne souffrante, voire une "condamnation à mort" de celle-ci. "Au lieu de soutenir la personne souffrante en rassemblant autour d'elle toutes les personnes et les forces qui l'entourent, on risque" de les diviser, écrivent-ils. "L'euthanasie des personnes fragiles, enfants ou personnes démentes, est une contradiction radicale de leur condition d'êtres humains" et porte atteinte "aux fondements de la société", conclut le communiqué. (Belga)

Nos partenaires