Une patiente suisse recouvre la vue grâce à un oeil bionique

02/12/14 à 14:23 - Mise à jour à 15:02

Un hôpital suisse a implanté un oeil bionique sur une patiente aveugle pour la première fois. Un espoir pour la recherche, rapporte le site 20min.ch.

Une patiente suisse recouvre la vue grâce à un oeil bionique

Oeil © istock

L'hôpital Jules-Gonin à Lausanne a pratiqué sa première intervention visant à implanter un oeil bionique sur une femme aveugle depuis une quinzaine d'années. L'opération a été un succès et la Suissesse a pu retrouver une partie de sa vue.

Il s'agit en fait d'une prothèse rétinienne appelée Argus II permettant de distinguer les silhouettes d'objets, les contrastes ainsi que des lettres de taille supérieure à 25cm. Ce dispositif ne rend donc pas une vue parfaite, mais l'améliore considérablement et offre une autonomie à toute personne qui en dispose.

Comment ça marche ? Le patient porte des lunettes équipées d'une caméra qui capture les images. Ces images sont ensuite transformées en signaux par un ordinateur miniature porté par le patient puis envoyées à l'implant via une connexion sans fil. L'implant transmet alors de petites impulsions électriques aux cellules restantes de la rétine qui seront finalement interprétées par le cerveau.

L'inconvénient est que l'implantation d'un tel dispositif ne peut être pratiquée que dans certains cas. Une personne souffrant d'un décollement de la rétine, par exemple, ne pourra pas subir cette intervention. La patiente souffrait ici d'une rétinite pigmentaire, il s'agit d'une maladie dégénérative qui affecte les deux yeux par une diminution progressive de la vue jusqu'à la cécité totale, selon la Ligue Braille.

Aujourd'hui, plus de 90 patients dans le monde utilisent l'implant Argus II. Le financement de la recherche et des essais cliniques a été pris en charge par des donateurs privés et par la Fondation Asile des aveugles.

Selon le magazine Science et Avenir, la Sécurité sociale française offre maintenant la possibilité à quelque 36 patients sélectionnés de bénéficier de ce traitement gratuitement sur une période de maximum cinq ans.

Une telle avancée technologique redonne de l'espoir aux personnes souffrant de cécité et fait progresser la recherche dans ce domaine.

En savoir plus sur:

Nos partenaires