Une molécule pour traiter l'autisme

26/04/12 à 09:39 - Mise à jour à 09:39

Source: Le Vif

Un médicament expérimental permet de réduire les troubles de l'autisme chez la souris de laboratoire, révèle une étude américaine.

Une molécule pour traiter l'autisme

© Thinkstock

Vers un traitement de l'autisme de la souris ? Un médicament expérimental avec une molécule mise au point par Pfizer a réduit deux des trois grands troubles de l'autisme chez des souris de laboratoire, les comportements répétitifs et le manque de socialisation. En tout cas, selon une étude prometteuse menée aux Etats-Unis et publiée mercredi.

La molécule appelée GRN-529, mise au point par le groupe pharmaceutique américain Pfizer, cible le glutamate, le principal neurotransmetteur présent dans tout le cerveau et qui joue un rôle clé pour activer les neurones, les cellules cérébrales.

Les chercheurs, dont l'étude paraît dans la revue médicale américaine Science Translational Medicine, pensent que cette molécule agit sur un récepteur spécifique du glutamate et décroît son action sur les neurones.

La molécule fait actuellement l'objet d'un essai clinique avec des patients souffrant du syndrome de l'X fragile, première cause de retard mental héréditaire qui présente certaines similitudes avec les troubles du spectre autistique.

Le fait que cette molécule a déjà été testée dans un essai clinique pour des symptômes dont certains sont similaires à ceux de l'autisme augmente les chances qu'elle pourrait aussi agir sur ces troubles.

Le nombre de cas d'autisme, en hausse aux Etats-Unis

"Les résultats de ces expérimentations sur des souris laissent penser qu'il est possible d'envisager une stratégie consistant au développement d'un seul traitement pour traiter de multiples symptômes", explique Jacqueline Crawley, de l'Institut national américain de la santé mentale (NIMH).

"Un grand nombre de cas d'autisme est provoqué par des mutations dans les gènes qui contrôlent des processus en cours de développement comme la formation et la maturité des synapses qui relient les neurones entre eux", poursuit-elle.
"Si les défauts dans ces branchements entre les neurones ne sont pas structurels, les principaux troubles autistiques pourraient être traités avec des médicaments", juge cette scientifique.

Pour le Dr Thomas Insel, directeur du NIMH, "ces résultats avec des souris confortent les études menées à l'Institut en vue de développer des traitements visant les principaux symptômes de l'autisme".

Comme les enfants autistes, les souris de l'expérience, modifiées génétiquement pour présenter des symptômes similaires, communiquaient moins entre elles et avaient des comportements répétitifs passant beaucoup de temps à se toiletter elles-mêmes. Ce type de comportements était moindre chez les souris traitées avec des injections de GRN-529.

Le nombre de cas d'autisme est en nette augmentation aux Etats-Unis depuis la dernière décennie, selon des chiffres officiels publiés fin mars.

Ainsi, les cas diagnostiqués chez les enfants ont augmenté de 23% de 2006 à 2008, pour s'établir à un sur 88 en moyenne, contre un sur 110 précédemment, un phénomène qui s'explique en partie par un meilleur dépistage.

Le Vif.be, avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires