Une 2e étoile près du trou noir supermassif de la Voie Lactée

05/10/12 à 06:46 - Mise à jour à 06:46

Source: Le Vif

Des astronomes américains ont découvert l'existence d'une nouvelle étoile gravitant autour du trou noir supermassif au coeur de notre galaxie, la plus proche jamais observée à proximité de ce corps qui empêche toute matière de s'échapper.

Une 2e étoile près du trou noir supermassif de la Voie Lactée

© Thinkstock

Les scientifiques de l'université de Californie à Los Angeles (UCLA) ont expliqué que leur découverte les aiderait à tester la théorie de la relativité d'Einstein et ses hypothèses au sujet de ces trous noirs, dont le champ gravitationnel est hyper intense.

Cette étoile, S0-102, parcourt l'orbite de ce trou noir situé au centre de la Voie Lactée en 11 ans et demi, contrairement aux 60 ans ou plus qu'il faut à la plupart des autres étoiles pour faire de même, précise l'étude des astronomes qui sera publiée dans le numéro de vendredi du magazine Science. Les chercheurs avaient déjà observé une autre étoile (S0-2) gravitant tout près de ce trou noir en 16 années, grâce à de nouvelles techniques d'imagerie.

La chercheuse en chef Andrea Ghez, qui étudie le trou noir depuis qu'elle l'a découvert en 1998, a déclaré que "c'est le tango (dansé par) les étoiles S0-102 et S0-2 qui révèlera pour la première fois la véritable géométrie de l'espace et du temps près d'un trou noir". "Cette mesure ne peut pas être réalisée à partir d'une seule étoile", explique-t-elle.

Tout comme la Terre et d'autres planètes, ces deux étoiles sont en "orbite elliptique" autour du trou noir en question, c'est-à-dire qu'elles se rapprochent puis s'éloignent de lui en même temps à rythme régulier.

L'équipe de chercheurs de l'UCLA espèrent désormais trouver des traces de légères oscillations dans l'orbite de ces étoiles quand elles se rapprochent. Cela signifierait, d'après eux, qu'elles sont sensibles à l'effet de courbure de l'espace et du temps, comme affirmée par Einstein.

"Cela ne doit pas être un endroit où les étoiles se sentent particulièrement bienvenues", a par ailleurs supposé Andrea Ghez. Donc que deux étoiles gravitent aussi près est "phénoménal", affirme-t-elle.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires