Un bébé mammouth exposé à Hong Kong

12/04/12 à 15:17 - Mise à jour à 15:17

Source: Le Vif

Lyuba, une femelle mammouth d'environ 40 000 ans a été découverte en Sibérie en 2007 par un chasseur de rennes. C'est la première fois qu'une carcasse en si bon état est découverte.

Un bébé mammouth exposé à Hong Kong

© Reuters

Il ressemble à s'y méprendre à un éléphant... en un peu plus vieux. Et pour cause, cet animal fossilisé est en réalité un bébé mammouth, vieux de 40 000 ans. Surnommé Lyuba, il est actuellement exposé à Hong Kong.

Cette femelle, âgée d'à peine un mois a été découverte en 2007 par un éleveur de rennes du peuple des Nénètses en Sibérie, là où s'est éteinte cette espèce. Il l'a trouvé gisant près du fleuve Yuribei. Il a d'abord cru qu'il s'agissait d'un éléphant, mais a malgré tout prévenu les autorités, sur les conseils de son fils. Lorsqu'il est retourné sur place, le corps avait disparu. Il a été retrouvé dans la ville de Novyï-Port, à plusieurs kilomètres de là, devant la devanture d'une boutique. L'animal fut baptisé Lyuba, du nom de la femme de l'éleveur de rennes.

Un cadavre en très bon état

C'est la première fois qu'une carcasse de mammouth est découverte en aussi bon état. Il ne manque que ses ongles, un bout de sa queue et de son oreille droite ainsi que la plupart de ses poils. La bête serait morte étouffée dans la boue. Les scientifiques ont, en effet, pu découvrir grâce à un scanner qu'un sédiment compact constitué d'argile et de sable obstrue l'extrémité de sa trompe, sa gorge, la bouche et la trachée. Ils ont ainsi conclu que la bête avait glissé sur la berge de la rivière et se serait enfoncée dans la boue, sans parvenir à s'extirper.
Grâce à cette découverte, les scientifiques vont pouvoir reconstituer le génome de cet animal disparu de la surface de la Terre il y a plus de 10 000 ans. Les causes de l'extinction de cette espèce divise encore les scientifiques: pour certains ils auraient fait les frais du réchauffement climatique, ce qui a modifié leur alimentation, pour d'autres ils ont été victimes de la chasse des hommes préhistoriques

Caroline Politi

En savoir plus sur:

Nos partenaires