Sida: Gaëtan Dugas n'est pas le "patient zéro" à l'origine de l'épidémie aux USA

27/10/16 à 08:02 - Mise à jour à 08:02

Source: Afp

Le steward gay canadien, surnommé le "patient zéro", a été injustement accusé au milieu des années 1980 d'être le premier responsable de l'épidémie du sida aux Etats-Unis, confirme une étude publiée mercredi.

Sida: Gaëtan Dugas n'est pas le "patient zéro" à l'origine de l'épidémie aux USA

© Capture d'écran YouTube

Le virus, responsable d'un total de quelque 650.000 morts aux Etats-Unis, a fait un "saut" des Caraïbes à New York vers 1970, devenue la plaque tournante à partir de laquelle il s'est ensuite répandu, rapportent les chercheurs dans la revue scientifique Nature.

Vilipendé à titre posthume comme l'épicentre de l'épidémie américaine, Gaëtan Dugas, n'était qu'une des nombreuses victimes de la maladie. Il a d'ailleurs fait des efforts pour aider les responsables de la santé à comprendre comment le sida s'était propagé en nommant des dizaines de ses nombreux partenaires sexuels avant sa mort en 1984, alors que d'autres ne pouvaient retrouver qu'une poignée de noms.

La publication Nature qui devrait mettre fin au mythe popularisé dans le monde du "patient zéro" repose sur une solide analyse historique et génétique.

L'équipe de l'Université de l'Arizona, à Tucson, menée par Michael Worobey et des chercheurs de l'université de Cambridge (Royaume-Uni) ont reconstitué les origines de l'épidémie après avoir récupéré du matériel génétique (ARN) dégradé du virus (VIH) de huit échantillons sanguins vieux de près de 40 ans (1978-1979), en plus de celui du steward.

Grâce à des techniques moléculaires qu'ils ont mis au point, ils ont ainsi pu reconstituer le génome du virus.

Les chercheurs n'ont trouvé ainsi "ni preuve biologique, ni historique que le +Patient zéro+ ait été le premier cas aux Etats-Unis".

"Dugas est l'un des patients les plus diabolisés dans l'histoire", constate Richard McKay (Cambridge), historien de la santé publique et l'un des deux principaux auteurs de l'étude.

À bien des égards, selon lui, les preuves historiques ont permis de pointer "depuis des décennies" l'erreur du "patient zéro". Mais, dit-il, "nous avons maintenant des preuves phylogénétiques" (en l'occurrence, arbre génétique dressant les liens de parenté entre les virus, ndlr) permettant de consolider cette position.

En 1987, le journaliste Randy Shilts avait publié un livre "And the Band Played" où il identifiait ce steward québecois comme l'un des tout premiers malades atteints du sida ayant eu des relations avec des Américains.

Ce dernier alors disparu, était surnommé "le patient zéro" et dénigré dans les médias l'accusant d'être à l'origine de l'épidémie américaine, alors que selon les chercheurs il n'a en réalité pas joué ce rôle.

La désignation par la lettre O pour Outside California (hors de Calidornie) de ce patient (numéro O57) dans un travail de recherche des Centres de contrôle des maladies (CDC) américains en 1982 a contribué à la confusion, la lettre étant prise pour le chiffre zéro (premier cas, point de départ de l'infection...).

Le virus originaire d'Afrique était déjà installé à New York bien avant l'identification de la maladie en 1981.

Les conclusions, à présent détaillées dans la revue Nature, avaient été dévoilées en mars

Nos partenaires