"Philae va très bien"

20/06/15 à 09:57 - Mise à jour à 09:57

Source: Belga

Le robot européen Philae, qui se trouve sur la comète "Tchouri" et n'avait pas donné de ses nouvelles depuis plusieurs jours, a réussi à communiquer vendredi pendant 19 minutes avec la sonde Rosetta, a annoncé le DLR, l'agence spatiale allemande.

"Philae va très bien"

© Belga

Le robot-laboratoire, qui s'est réveillé le 13 juin après sept mois d'hibernation, avait réussi ce jour-là à communiquer pendant deux minutes avec la Terre via la sonde et à transmettre des données. Le lendemain il y avait eu à nouveau un contact mais de mauvaise qualité. Depuis il était resté silencieux. Ce troisième contact confirme que "Philae va très bien", indique le DLR dans un communiqué.

Pour améliorer les communications avec Philae, les équipes de Rosetta qui escorte la comète dans sa course vers le Soleil, ont décidé de modifier le plan de vol de la sonde.

Le contact a été rétabli vendredi entre 13H20 et 13h39 GMT (15h20 et 15H39 heure de Paris), précise le DLR qui se charge du pilotage du robot pour l'Agence spatiale européenne (ESA). Le robot-laboratoire a envoyé des données notamment sur l'état du module.

"A présent, l'atterrisseur opère à une température de 0 degré Celsius, ce qui signifie que la batterie est assez chaude pour stocker de l'énergie", indique le DLR. "Cela veut dire que Philae pourra aussi travailler pendant la nuit", ajoute le DLR. Ces derniers temps, Philae fonctionnait la journée grâce à ses panneaux solaires mais sa batterie était trop froide pour se recharger. Sur la comète, le jour dure un peu plus de 12h00.

Le robot, qui s'est posé entre des falaises et est resté à l'ombre pendant plusieurs mois, a aussi envoyé des données enregistrées la semaine dernière. Les ingénieurs ont pu constater que la luminosité s'était accrue car la comète se rapproche du Soleil. "A la fin du contact, ses quatre panneaux solaires recevaient de l'énergie", précise le DLR.

Vendredi, "la communication a subi plusieurs interruptions mais sinon c'était la première fois que le signal était stable sur une longue période", relève le DLR. "Nous avons besoin d'un contact stable et long pour pouvoir lancer les expériences comme prévu", souligne le DLR.

Philae est doté de dix instruments. Les scientifiques espèrent notamment qu'il permettra de trouver des molécules organiques complexes qui pourraient donner des clefs sur l'apparition de la vie sur Terre.

Le robot a réalisé le 12 novembre une première historique en atterrissant sur le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko. Il a travaillé pendant 60 heures avant de s'assoupir faute d'un ensoleillement suffisant pour permettre à ses batteries solaires de fonctionner.

En savoir plus sur:

Nos partenaires