Mediator : la malédiction des médicaments coupe-faim

17/11/10 à 16:27 - Mise à jour à 16:27

Source: Le Vif

Avant le Mediator, interdit en novembre 2009, plusieurs autres médicaments destinés à lutter contre le diabète et l'obésité et utilisés comme coupe-faim avaient été mis sur le marché puis retirés suite à des études signalant des effets indésirables graves.

Mediator : la malédiction des médicaments coupe-faim

© Thinkstock

C'est un marché qui fait rêver les industriels de la santé: la perte de poids est en effet le graal de nos sociétés modernes. En 2008, le marché de l'amaigrissement était estimé à plus de 62 milliards de dollars aux États-Unis, selon une étude du groupe Marketsand Markets Research, il pourrait dépasser, selon la même source, les 620 milliards de dollars dans le monde en 2014.

Mais c'est un marché risqué. Il n'existe à ce jour en France plus que deux médicaments encore autorisés dans la lutte contre l'obésité. Orlistat sur prescription (laboratoire Roche) et Alli sans ordonnance (laboratoire GSK) utilisent comme principe actif l'orlistat dans des dosages différents pour limiter l'absorption des graisses dans l'intestin. Le sort du Sibutral (laboratoire Abbott) - qui utilise comme principe actif la sibutramine et agit sur le système nerveux central (c'est un anorexigène) - est aujourd'hui en suspens: en janvier 2010, l'Agence européenne du médicament a recommandé la suspension de l'autorisation de mise sur le marché (AMM) de ce produit, commercialisé en France depuis 2001.

Tous les autres médicaments apparus sur le marché ont été finalement retirés, le rapport bénéfice/risque ayant été jugé défavorable au vu des graves effets secondaires signalés (notamment hypertension artérielle pulmonaire et d'atteinte des valves cardiaques). Parmi les plus importants:
- Ponderal (laboratoire Servier), autorisé en 1976, AMM suspendue en 1997, abrogée en 2004
- Isoméride (laboratoire Servier), autorisé en 1985, AMM suspendue en 1997, abrogée en 2004
- Acomplia (laboratoire Sanofi-Aventis), autorisé au niveau européen en 2006, suspendu puis retiré en 2008

Plusieurs anorexigènes amphétaminiques avaient également été mis sur le marché entre 1973 et 1979; leur AMM a été suspendue en 1997 et abrogée en 2006, leur commercialisation est interdite depuis 1999.

Valérie Lion

En savoir plus sur:

Nos partenaires