Médecins contrôlés : vers une pénurie ?

20/03/12 à 20:12 - Mise à jour à 20:12

Source: Le Vif

Pour rester agréé, le généraliste devra répondre à quatre critères qui seront étudiés sur une période de cinq ans. Or, 6.580 médecins généralistes ne répondraient d'ores et déjà pas à certains critères.

Médecins contrôlés : vers une pénurie ?

© Thinkstock

Le SPF Santé publique compte s'intéresser à l'activité des médecins généralistes, annonce mardi la porte-parole de la ministre Onkelinx. Pour conserver leur agrément, les médecins devront répondre à un certain nombre de critères.

Pour rester agréé, le généraliste devra ainsi répondre à quatre critères qui seront étudiés sur une période de cinq ans :

- tenir à jour les dossiers médicaux des patients,

- participer à la garde de médecine générale,

- totaliser individuellement au moins 500 contacts patients par an, au minimum une fois sur un cycle de cinq ans,

- entretenir et développer régulièrement ses connaissances, sa compétence et sa performance médicale.

La période de contrôle a débuté le 1er janvier 2011 pour tous les médecins porteurs de l'agrément de médecine générale avant cette date. Les médecins généralistes agréés après le 1er janvier 2011 entreront dans le cycle de contrôle à partir de l'année qui suit la date d'attribution de leur agrément.

Tous les ans, le SPF Santé publique enverra un courrier à chaque médecin qui ne semble pas remplir les conditions selon les données mises à disposition de la commission d'agrément. L'Association belge des syndicats médicaux (Absym) avance que le SPF a averti 6.580 généralistes qui ne répondent plus à certains critères. Elle prévoit que l'agrément d'environ "un tiers des 15.038 généralistes actuellement agréés risque d'être retiré, ce qui justifiera peut-être une pénurie".

La période de contrôle s'étale sur cinq ans et a débuté en 2011, tempère la porte-parole de la ministre. En outre, en cas de problème, la commission d'agrément laissera un à deux ans au médecin pour se mettre en ordre. Aucun agrément ne sera donc retiré dans ce cadre avant six ou sept ans, assure la porte-parole.

LeVif.be, avec Belga

Nos partenaires