Les riches sont moins sympas que les pauvres

29/02/12 à 14:05 - Mise à jour à 14:05

Source: Le Vif

Selon une étude américaine du Pnas, les personnes riches enfreignent plus souvent la morale que les autres. Une série d'expériences l'a prouvé.

Les riches sont moins sympas que les pauvres

© Thinkstock - Image d'illustration

La richesse incite-t-elle à enfreindre la morale? C'est en tous cas ce que tend à prouver une étude américaine parue lundi dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) et relayée par Le Monde. Selon ces scientifiques, il existe une relation entre l'élévation dans la hiérarchie sociale et le mauvais comportement individuel. Pour arriver à cette conclusion, l'équipe de Paul Piff de l'Université de Californie a mené sept protocoles différents.

Dans un premier temps, les chercheurs ont observé le comportement des automobilistes à un carrefour. Posté à une intersection où les voitures provenant des quatre directions doivent obligatoirement s'arrêter, les psychologues ont observé que 30% des véhicules qui forcent les priorités sont des "berlines de luxe". Ce chiffre est quatre fois supérieur au nombre d'infractions causées par des "épaves roulantes". De même, ils ont observé que seuls 55% des conducteurs appartenant aux catégories socio-professionnelles hautes cédaient le passage aux piétons.
Mentir lors d'une négociation, obtenir un bien d'autrui...

Fort de ces constatations, l'équipe de Paul Cliff a mené toute une série de tests impliquant différents aspects de la vie sociale: travail, solidarité... Et qu'il s'agisse de mentir pendant une négociation, d'obtenir un bien au détriment d'un tiers, ou de tricher au jeu, à chaque fois, il y avait une corrélation entre le statut social et la propension à enfreindre la morale.

Ainsi, pendant une expérience, les participants se sont vus offrir des friandises. Ces dernières étaient ostensiblement destinées à des enfants près du labo, mais les chercheurs ont dit aux sujets qu'ils avaient le droit de se servir. Résultat: les plus riches en ont pris en moyenne 1,17, soit deux fois plus que les autres (0,6).
Selon les auteurs de l'étude, ces différences de comportement s'expliquent principalement par la "cupidité" qui anime les plus riches. Selon eux, "plus on en a, plus on en veut".

LeVif.be avec L'Express

En savoir plus sur:

Nos partenaires