Les étudiants scotchés à leur smartphone obtiennent de moins bonnes notes

08/01/18 à 10:47 - Mise à jour à 10:47

Source: Belga

L'usage du smartphone chez les étudiants a une influence sur leurs résultats scolaires. Les étudiants qui passent beaucoup de temps sur leur téléphone obtiennent ainsi des notes inférieures et davantage d'échecs que leurs camarades moins connectés, ressort-il d'une étude conjointe de l'UGent et de l'UAntwerpen menée auprès de 696 participants.

Les étudiants scotchés à leur smartphone obtiennent de moins bonnes notes

© KU Leuven

Les chercheurs ont voulu savoir si les résultats obtenus lors de la session d'examens de janvier 2017 sont liés à l'usage que des étudiants en première année d'étude ont de leur smartphone. Pour ce faire, les élèves interrogés ont dû remplir un questionnaire qui mesurait à quelle fréquence ils utilisaient leur smartphone pour neuf activités, parmi lesquelles la lecture de courriels et la recherche d'informations.

Les étudiants avec un usage du smartphone au-dessus de la moyenne affichaient approximativement 1,1 point de moins sur 20 à leurs examens que les étudiants ayant une utilisation moins intensive que la moyenne de leur téléphone.

Davantage d'échecs ont également été constatés lors d'une utilisation plus élevée du smartphone. Aussi, les étudiants avec un usage du smartphone au-dessus de la moyenne ont réussi 60,6% de leurs examens tandis que ceux avec une utilisation en dessous de la moyenne ont obtenu 68,9% à leurs examens.

Ces résultats négatifs sont confirmés lorsqu'on se concentre sur l'utilisation du smartphone pendant les cours et durant les périodes d'étude. En moyenne, les élèves sondés contrôlent leur GSM trois à cinq fois par cours et plus de deux fois par heure lorsqu'ils étudient. Au plus l'étudiant contrôle son smartphone, au moins bonnes sont ses notes aux examens, relèvent les chercheurs dans un communiqué.

Si le smartphone facilite la recherche d'informations liées aux études, la corrélation négative entre l'usage du téléphone et les résultats obtenus aux examens n'est pas une surprise, selon les chercheurs.

"Des recherches antérieures ont montré que les étudiants considèrent leur smartphone davantage comme une source de divertissement plutôt que comme un outil de travail. Le désir d'utiliser son smartphone pour ne rien manquer de ce qui passe en ligne et interagir avec tout le monde ('fear of missing out') mène en outre à un manque de concentration dans ses études. Par ailleurs, le passage constant entre l'étude et le smartphone peut entraîner une surcharge cognitive et une inefficacité", expose le doctorant Simon Amez (UAntwerpen).

De son côté, le professeur Stijn Baert (UGent) rappelle que l'utilisation élevée du smartphone a des conséquences néfastes sur la qualité du sommeil, dont l'importance a été démontrée afin de réussir ses études.

Nos partenaires