Les cigarettes électroniques sont-elles dangereuses pour la santé?

05/09/12 à 13:27 - Mise à jour à 13:27

Source: Le Vif

Une étude grecque révèlerait que fumer des cigarettes électroniques, alternatives au tabac, sont dangereuses pour la santé.

Les cigarettes électroniques sont-elles dangereuses pour la santé?

© Reuters

La cigarette électronique, une alternative pas totalement inoffensive. Ce produit vendu comme moins nocif que la cigarette classique présente des risques pour les poumons des consommateurs. Selon une étude menée par l'Université d'Athènes, présentée le 2 septembre au Congrès annuel de l'European Respiratory Society à Vienne, les poumons s'oxygéneraient moins bien dès la première utilisation de ces cigarettes.

Une conclusion obtenue après l'observation de 32 personnes, dont huit non-fumeurs en bonne santé. Chaque participant a utilisé une cigarette électronique pendant 10 minutes. Les chercheurs les ont ensuite soumis à une batterie de tests. Ils ont observé une augmentation de la résistance des voies aériennes (le nez, la bouche, le pharynx et le larynx) au passage de l'air. Chez les huit non-fumeurs, elle a augmenté de 182 à 206%, et chez les fumeurs de 176% à 220%.

Un risque de dépendance

Les médecins estiment également que les cigarettes électroniques, vendues pour arrêter de fumer, peuvent entraîner une dépendance. En effet, certaines d'entre elles contiennent de la nicotine. Ils redoutent donc que cet outil ne fasse que rendre plus difficile l'arrêt de la cigarette.

La présence de nicotine dans ces cigarettes est une des raisons pour lesquelles l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) n'a accordé aucune autorisation de mise sur le marché pour ces cigarettes. On y retrouve également du propylène glycol ou de glycérol ce qui peut "conduire à des effets indésirables graves, en cas d'exposition accidentelle, notamment chez l'enfant", rappelle l'organisation.
Autre point d'inquiétude pour les tabacologues: l'usage de ce produit peut exposer les utilisateurs qui n'étaient dépendants ni aux cigarettes, ni à la nicotine, à un risque de dépendance primaire.

Par Delphine Proust, L'Express

En savoir plus sur:

Nos partenaires