Le mystère de la disparition des Mayas résolu

23/06/15 à 10:36 - Mise à jour à 10:36

Des Mayas, il nous reste leurs prouesses architecturales, leurs calendriers sophistiqués, mais aussi l'image de violents sacrifices rituels. Pourquoi cette civilisation si développée s'est-elle éteinte vers 900 après J.-C. ? Des chercheurs américains ont résolu le mystère...

Le mystère de la disparition des Mayas résolu

© Thinkstock - image d'illustration

Une équipe de scientifiques de l'Université de Rice et de la Louisiana State University pense avoir trouvé la réponse à la disparition de cette civilisation préhispanique. Leurs recherches ont été menées autour du "Grand Trou Bleu", un cénote sous-marin de 120 mètres de profondeur dans les eaux du Belize.

Ils y ont fait des prélèvements afin de comparer les sédiments du lagon de la baie centrale de Belize à ceux du "Grand Trou Bleu". Ces échantillons ont révélé d'étranges informations sur les conditions météorologiques du passé. En effet, la barrière de corail présente tout autour du cénote empêche de nouveaux sédiments de s'y déposer. Seuls de forts épisodes météorologiques peuvent en apporter de nouveau.

Le mystère de la disparition des Mayas résolu

© flickr

Lorsque les chercheurs ont comparé et analysé les deux prélèvements, ils ont remarqué des différences soutenues entre les taux de titane et d'aluminium des deux échantillons. Or, lorsqu'elle tombe en quantité sur la roche volcanique riche en titane, la pluie en dépose toujours dans la mer. Les taux de titane étant très faibles dans les prélèvements du "Grand Trou Bleu", il semblerait que la région ait dû faire face à un très faible taux de précipitations entre 800 et 900 après J-C.

On sait déjà grâce à plusieurs études qu'à cette période, les Mayas ont pris la décision de se déplacer vers la Nord, à la recherche de conditions climatiques meilleures. L'étude des sédiments a également démontré que la civilisation a dû faire face à une seconde vague de sécheresse entre 1000 et 1100 après J-C. Il s'agit de la période de la chute de la cité maya de Chichén Itzá. En effet, la sécheresse entraîne la plupart du temps des problèmes de récoltes et donc, de famine.

En 2012, une stalagmite provenant d'une grotte du Belize avait déjà été étudiée, confirmant que les périodes de sécheresse correspondaient aux périodes de déclin de la civilisation maya.

L.V.

En savoir plus sur:

Nos partenaires