La lèpre ne viendrait pas d'Asie, mais d'Europe

11/05/18 à 15:18 - Mise à jour à 15:18

Source: The Guardian

Découverte surprenante dans la recherche sur la lèpre : l'analyse d'un squelette a révélé que la maladie pourrait être originaire d'Europe.

La lèpre ne viendrait pas d'Asie, mais d'Europe

Les scientifiques à la tête de l'étude ont procédé de manière méticuleuse : ils ont examiné environ 90 squelettes. © Dorthe Dangvard Pedersen

La lèpre est certainement l'une des plus vieilles maladies touchant des populations. Jusqu'à aujourd'hui, on a toujours cru qu'elle provenait d'Asie, mais une récente étude vient bouleverser les croyances : l'Europe serait le point de départ de ce mal.

La lèpre était répandue en Europe jusqu'au 16e siècle et est encore présente dans de nombreux pays, principalement dans les régions équatoriales, avec plus de 200 000 nouveaux cas rapportés chaque année, révèle le journal The Guardian.

C'est la plus grande étude réalisée sur les souches ancestrales de lèpre qui a permis cette nouvelle découverte. Elle a révélé que plus de souches de lèpre que prévu étaient présentes dans l'Europe médiévale, ce qui a incité les scientifiques à reconsidérer les origines et l'âge de la maladie. "Pendant des siècles, il y a eu un point d'interrogation sur l'origine de la lèpre. La plupart des hypothèses disent que cela a commencé en Chine et en Extrême-Orient", a déclaré Helen Donoghue, co-auteur de cette étude et scientifique à l'University College London.

"Cette dernière étude montre que toutes les souches de la bactérie de la lèpre étaient présentes dans l'Europe médiévale, ce qui suggère fortement que la lèpre est apparue beaucoup plus près de chez nous, peut-être dans l'extrême sud-est de l'Europe".

Examiner des squelettes pour trouver l'origine de la lèpre

Les scientifiques à la tête de l'étude ont procédé de manière méticuleuse : ils ont examiné environ 90 squelettes. Et pas n'importe lesquels puisque chacun présentait des déformations caractéristiques de la lèpre. Tous les squelettes ont été trouvés en Europe et datent de 400 à 1400 ans après Jésus-Christ.

La lèpre ne viendrait pas d'Asie, mais d'Europe

© Dorthe Dangvard Pedersen

À partir de ces ossements, ils ont reconstitué dix nouveaux codes génétiques complets de la bactérie responsable de la lèpre, le Mycobacterium leprae. Un nombre impressionnant aux yeux des scientifiques puisque jusqu'à présent, une seule ou deux souches maximum étaient connues pour avoir circulé en Europe médiévale. Cette diversité nouvellement découverte suggère donc que la maladie doit avoir au moins quelques milliers d'années.

Parmi les souches trouvées figurait la plus ancienne jamais connue. Lors de l'analyse, les scientifiques l'ont extraite de reste squelettiques trouvés à Great Chesterford, à Essex. Elle daterait de 415-545 après Jésus-Christ. Cette souche serait la même que celle trouvée dans les écureuils roux des temps modernes, preuve donc que la maladie pourrait avoir été introduite en Grande-Bretagne à travers le commerce de la fourrure du rongeur.

L'équipe de chercheurs espère trouver davantage de squelettes plus âgés afin de valider l'idée selon laquelle la lèpre daterait de 2000 ans. Le professeur Johannes Krause, auteur principal de l'étude et directeur de l'Institut Max Planck pour la science de l'histoire humaine en Allemagne, a déclaré au journal britannique qu'"avoir des génomes plus anciens dans une analyse de datation se traduira par des estimations plus précises".

Chavagne Mailys

Nos partenaires