L'homme peut-il s'inspirer de l'incroyable immunité des chauves-souris ?

24/02/16 à 12:31 - Mise à jour à 12:29

Source: Slate

Les chauves-souris sont immunisées contre les maladies qu'elles véhiculent. Voici l'explication scientifique.

L'homme peut-il s'inspirer de l'incroyable immunité des chauves-souris ?

© iStock

Les chauves-souris transportent de nombreuses maladies. Elles ont été accusées, par exemple, d'avoir mordu le patient zéro de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest en 2014 et 2015, rapporte Slate. Ou encore de transmettre la rage. Ces mammifères peuvent transporter plus de 100 virus, la plupart mortels pour les humains. Mais ils ne les attrapent jamais. Les chauves-souris restent saines et en bonne santé. Des scientifiques ont tenté de découvrir les raisons de leur incroyable immunité.

L'équipe de chercheurs du Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO) a réussi à identifier chez la roussette (ou renard volant) et la chauve-souris singapourienne des "interférons". Ces protéines stimulent la production de centaines d'autres protéines, qui aident à combattre les infections de type viral. C'est cela qui renforce la réponse immunitaire de ces mammifères, explique le Sydney Morning Herald.

Immunité efficace et permanente

Les humains possèdent également des interférons, mais quatre fois moins que la chauve-souris. La différence ne se situe pas dans le nombre, mais dans l'efficacité et la vivacité de ces protéines. En effet, les trois interférons des chauves-souris sont actifs en permanence. "Contrairement aux humains et aux souris, dont le système immunitaire est activé seulement en réaction à une infection, celui des chauves-souris est tout le temps "allumé"", confirme Michelle Baker, coauteure de l'étude.

Et si on s'inspirait de cette particularité immunitaire pour combattre plus facilement les maladies, notamment les plus mortelles pour les humains ? Pour Baker, les chauves-souris ont des choses à nous apprendre : "Si nous pouvons réorienter les réactions immunitaires d'autres espèces pour qu'elles soient similaires à celles des chauves-souris, alors le fort taux de mortalité associé aux maladies comme Ebola pourrait être du passé", espère-t-elle.

En savoir plus sur:

Nos partenaires