Interdiction des biberons au Bisphénol A dans l'Union européenne

26/11/10 à 14:50 - Mise à jour à 14:50

Source: Le Vif

A partir du printemps prochain, la commercialisation des biberons contenant du Bisphénol A (ou BPA) sera interdite, selon une décision de l'Union européenne. Depuis quelques années, ce composé chimique utilisé dans la fabrication de plastiques alimentaires est très controversé. Il est soupçonné de perturber les fonctions sexuelles masculines et le développement cérébral des bébés.

Interdiction des biberons au Bisphénol A dans l'Union européenne

© Thinkstock

Après s'être réunis jeudi, les experts des pays de l'Union européenne "sont parvenus à un accord à la majorité qualifiée sur une proposition de la Commission européenne" pour interdire la production et la commercialisation de biberons contenant du Bisphénol A.

Selon un communiqué, l'interdiction de production des biberons prendra acte à partir du 1er mars 2011, tandis que celle concernant leur commercialisation et leur importation commencera à partir du 1er juin.

Le Commissaire à la Santé, John Dalli, s'est félicité de la décision de la Commission européenne. "C'est une bonne nouvelle pour les consommateurs et pour les parents européens, qui peuvent être sûrs qu'à partir de mi-2011, les biberons en plastique ne contiendront pas de Bisphénol A". En juin, le Parlement européen s'était déjà prononcé pour l'interdiction de la fabrication et de la commercialisation de biberons contenant du bisphénol A (BPA).

L'Europe se met donc au pas de la France et du Danemark qui ont déjà décidé unilatéralement d'interdire la fabrication et la commercialisation des biberons contenant du BPA. Par ailleurs, le composé est également interdit au Canada, en Australie et dans plusieurs Etats américains.

Pour l'OMS, des mesures de protection sont prématurées

Début novembre, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), estimait pourtant, qu'il était "prématuré" de prendre des mesures de protection contre le bisphénol A.

Suite à une rencontre à huis clos d'une trentaine d'experts à Ottawa, l'OMS déclarait dans un communiqué : "Quelques études expérimentales et épidémiologiques récentes ont établi des rapports entre de bas niveaux d'exposition au BPA et certains problèmes de santé" mais "la réunion a conclu que, dans l'état actuel des connaissances, il était difficile d'interpréter l'importance de ces études", et que "prendre des mesures de protection de la santé publique serait prématuré".

Les experts réunis à Ottawa avaient confirmé que le BPA pénétrait dans l'organisme surtout dans la nourriture, depuis les récipients alimentaires en plastique, y compris les biberons.

Ils avaient également pu rapprocher le niveau du BPA dans les urines avec des estimations d'absorption de ce composé dans la nourriture, constatant une correspondance.

En établissant un modèle des niveaux de circulation du BPA dans le corps humain, les experts ont constaté que ces niveaux étaient très bas, le composé ne s'accumulant pas dans le corps avant d'être éliminé avec les urines.

L'avis de l'EFSA Dans un avis publié sur son site, le 30 septembre 2010, l'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) mettait à jour ses conseils sur le BPA.

Selon le document, "les scientifiques du groupe CEF de l'EFSA ont conclu qu'ils n'avaient pu identifier aucune nouvelle preuve qui les amènerait à reconsidérer la dose journalière tolérable (DJT) existante pour le BPA". En outre, les données dont ils disposent n'ont pas apportés d'éléments prouvant une toxicité neurocomportementale du BPA.

Les scientifiques reconnaissent que certaines études ont fait apparaitre "des modifications biochimiques au niveau du système nerveux central, des effets sur le système immunitaire et une sensibilité accrue au cancer du sein". Mais selon eux, ces études présentent des lacunes et ne peuvent donc être considérées comme pertinentes.

Le Vif.be, avec Belga

Le BPA est un composé chimique servant à diluer la résine de polyester pour la rendre liquide et faciliter son laminage. On le trouve dans de nombreux produits : cd, dvd, lunettes de soleil,... mais aussi dans de nombreux contenants alimentaires : biberons, intérieur de conserve, micro-ondes, etc.

Nos partenaires