Eris, la planète immaculée

26/10/11 à 19:48 - Mise à jour à 19:48

Source: Le Vif

Eris, planète naine située aux confins du système solaire, serait plus petite que prévu, avec une taille similaire à celle de Pluton, et aurait une surface immaculée très brillante, selon les observations d'une équipe internationale d'astronomes, qui publie ses résultats.

Eris, la planète  immaculée

© Reuters

La découverte en 2005 d'Eris, qui porte le nom de la déesse grecque de la discorde, avait entraîné une controverse. La planète, qui semblait plus grande que Pluton, aurait pu prétendre au statut de dixième planète du système solaire.

L'Union astronomique internationale (UAI) avait finalement décidé en 2006 de reléguer Eris, mais aussi Pluton, dans une nouvelle catégorie: les planètes "naines".

Grâce à trois télescopes installés au Chili, Bruno Sicardy (Observatoire de Paris, Université Pierre et Marie Curie, Paris) et ses collègues ont observé, le 6 novembre 2010, l'occultation par Eris d'une étoile de la constellation de la Baleine.

Passant devant l'étoile lointaine, la planète naine l'a masquée pendant 30 secondes à l'observatoire austral européen (ESO) de la Silla et pendant 80 secondes à San Pedro de Atacama. Eris se trouvait alors à environ 15 milliards de kilomètres du Soleil, près de cent fois la distance Terre-Soleil.

Compte tenu de la durée d'occultation de l'étoile, les astronomes ont calculé que le rayon d'Eris est de 1.163 km (+ ou - 6 km).

"Comme le rayon de Pluton est situé entre 1.150 et 1.200 km, Eris semble être une jumelle de Pluton, avec une surface brillante", résume l'équipe d'une soixantaine d'astronomes dans la revue scientifique britannique Nature.

L'occultation d'étoiles est "la seule méthode capable de déceler, depuis la Terre, des détails morphologiques de l'ordre du kilomètre", relève l'Observatoire de Paris dans un communiqué. Ce qui suppose de prédire des années à l'avance quand un corps du système solaire masquera une étoile et où ce phénomène sera visible.

Cette observation a aussi permis de découvrir que le sol d'Eris réfléchit 96% de la lumière solaire, bien plus que la neige fraîche(80%). Eris aurait un sol immaculé, alors que les corps glacés des confins du système solaire sont bombardés par des micrométéorites.

"L'éclat d'Eris pourrait s'expliquer par la jeunesse ou la fraîcheur du sol gelé : il ne date pas des origines du système solaire", explique Bruno Sicardy.

Eris parcourt en 560 ans une orbite allongée autour du Soleil : sa distance à notre étoile varie de 6 à 15 milliards de km. "Au fur et à mesure qu'Eris s'approche ou s'éloigne du Soleil sur son orbite, son atmosphère d'azote se condense en fine couche brillante d'environ un millimètre d'épaisseur. Puis, elle se volatilise de nouveau", précise l'astronome.

Dans quelques siècles, quand Eris sera au plus proche du Soleil, sa température atteindra -238°C, l'azote passera alors directement de l'état solide à l'état gazeux. Une infime atmosphère, 100.000 fois plus ténue que celle de la Terre, se formera.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires