Des arbres racontent le combat à mort d'un cuirassé allemand

13/04/18 à 12:16 - Mise à jour à 12:16

Source: Afp

Comment le Tirpitz, le plus gros cuirassé allemand, a-t-il réussi à échapper aux bombardiers alliés lors de la Seconde Guerre mondiale? Des chercheurs ont trouvé la réponse "dans les cernes des arbres".

Des arbres racontent le combat à mort d'un cuirassé allemand

© iStock

Lors du conflit de 39-45, les alliés tentèrent à plusieurs reprises de couler le Tirpitz que le chef de guerre britannique Winston Churchill surnommait "la bête". Le navire fut finalement envoyé par le fond, en novembre 1944, lors d'une attaque aérienne de la Royal Air Force.

Bien plus tard, en 2016, lors d'un voyage organisé avec ses élèves dans les forêts bordant le Kafjord, un fjord du nord de la Norvège, Claudia Hartl, chercheuse, est tombée sur des traces plutôt inattendues de ces combats.

"Nous avons mesuré les cernes des arbres et constaté qu'ils étaient très étroits, dans certains cas presque absents, pour l'année 1945", a expliqué Claudia Hartl à l'AFP lors de la réunion annuelle de l'Union européenne des géosciences organisée à Vienne. "Bien sûr, nous nous sommes demandé pourquoi?".

Les premiers soupçons se sont portés sur les insectes, qui peuvent se répandre très rapidement et causer de gros dégâts, en particulier dans les forêts boréales de haute latitude.

Les dendroctones du pin ponderosa, des coléoptères brunâtres pas plus gros qu'un grain de riz, ont récemment dévasté de très grandes étendues de forêts au Canada.

Mais aucun insecte de ce genre n'a sévi dans le nord de la Scandinavie au milieu du XXe siècle.

"Ce n'est qu'en parlant avec un scientifique de Tromsø (une ville au nord de la Norvège près de laquelle fut coulé le navire, NDLR) que nous avons fait le lien avec le Tirpitz", a expliqué Scott St. George, géographe de l'Institut sur l'environnement de l'Université du Minnesota.

Brouillard artificiel

Le Tirpitz et ses 2.500 membres d'équipage s'étaient, à l'époque, cachés dans le labyrinthe aquatique du nord de la Norvège. A l'ère "pré-satellite", un monstre de 250 mètres pouvait y être difficile à repérer.

Mais une fois la "bête" trouvée, les bombardiers alliés sont entrés en action. Pour se protéger, les Allemands ont alors répandu une grande quantité de brouillard artificiel.

"Le smog a envahi les forêts bordant le fjord laissant derrière lui +une empreinte digitale+ particulière et inhabituelle", a commenté Scott St. George.

L'étude des anneaux de croissance des troncs d'arbres, appelée dendrochronologie, permet aux climatologues d'examiner les changements de température, de précipitations ou des cours d'eau en remontant des centaines, voire des milliers d'années.

Pour poursuivre son enquête, Claudia Hartl est retournée l'été dernier sur les lieux de la bataille.

La chercheuse a pu établir que là où se trouvait le navire, plus de 60% des arbres avaient arrêté leur croissance et donc leur production de feuilles.

A quatre kilomètres des combats, encore plus de la moitié des arbres montraient des signes de souffrance. Ils leur a fallu environ huit ans pour s'en remettre.

Claudia Hartl a également découvert des zones où les arbres dataient des années 1950, suggérant que le brouillard chimique avait détruit ceux qui étaient là avant.

Le brouillard chimique employé par le Tirpitz était probablement composé d'acide chlorosulfurique qui, mélangé à de l'eau, produit une vapeur blanche et épaisse.

Nos partenaires