Découverte d'une nouvelle espèce d'hominidé, voisine de Lucy

28/05/15 à 11:09 - Mise à jour à 11:09

Source: Le Monde

Des chercheurs viennent de découvrir en Éthiopie, les restes fossiles d'une espèce d'hominidé non recensée. Les fragments datent de 3,3 à 2,5 millions d'années, soit la même époque et le même lieu que Lucy, la célèbre australopithèque découverte en 1974. Cette découverte apporte la preuve que plusieurs sortes de " pré-humains " cohabitaient à cette époque.

Découverte d'une nouvelle espèce d'hominidé, voisine de Lucy

La découverte de l'Australopithecus deyiremeda remet en cause les croyances des paléontologues quant au fait que Lucy soit la "mère de l'Humanité". © Laura Dempsey University of Cleveland

L'étude, publiée ce mercredi dans la revue Nature, révèle que Lucy ne serait pas "la mère de l'Humanité", comme beaucoup la surnomment. Elle ne serait pas non plus notre ancêtre direct, puisque cette nouvelle espèce baptisée "Australopithecus deyiremeda" viendrait "rejoindre Lucy dans l'arbre familial humain", estime le musée d'histoire naturelle de Cleveland aux États-Unis.

Les fouilles se sont déroulées dans la région désertique de l'Afar, à l'est de l'Éthiopie. Cette zone fait depuis quelques décennies l'objet d'énormément de recherches puisqu'elle a été qualifiée de "berceau de l'Humanité" par de nombreux chercheurs.

Le chercheur, Yohannes Haile-Selassie , a examiné les mâchoires supérieures et inférieures ainsi que des dents, découvertes en 2011, à 35 kilomètres de l'endroit où vivait Lucy, l'Australopithecus afarensins.

Cependant, ce nouvel australopithèque diffère justement de Lucy par sa forme, la taille de ses dents ainsi que par la taille imposante de ses mâchoires inférieures.

Les dents de l'Australopithecus deyiremeda sont plus grosses que celles de Lucy

Les dents de l'Australopithecus deyiremeda sont plus grosses que celles de Lucy © Yohannes Haile-Selassie University of Cleveland

Cette étude remet donc en doute les convictions de beaucoup de paléontologues qui pensaient qu'il n'existait qu'une seule espèce pré-humaine à cette période. Yohanness Haile-Selassie s'attend d'ailleurs à ce que certains de ses collègues se montrent sceptiques face à cette nouvelle découverte.

L.V.

Nos partenaires