A la recherche du crâne du plus grand dinosaure au monde

02/07/14 à 09:08 - Mise à jour à 09:08

Source: Le Vif

Des paléontologues argentins sont à la recherche de ce qu'ils présentent comme la tête du plus grand dinosaure du monde, quelque part dans l'immense Patagonie, un mastodonte grand comme 14 éléphants.

A la recherche du crâne du plus grand dinosaure au monde

© Reuters

Les scientifiques du Musée paléontologique Edigio Peruglio de Trelew ayant découvert les ossements de l'herbivore, qui pesait probablement près de 80 tonnes, sont engagés dans un travail de titan. "On n'a fait que 30% du travail d'extraction, mais on a déjà 200 restes fossilisés. Il nous reste deux à trois ans de travail. Notre espoir, c'est de trouver le crâne, ou une partie, car on ne l'a pas encore", confie José Luis Carballido, chercheur au Conseil national de recherches scientifiques (Conicet, équivalent argentin du CNRS) et chef de l'équipe qui a découvert le sauropode, voici trois ans.

Depuis ce week-end, les visiteurs du musée de Trelew, à 260 km de La Flecha, lieu-dit où les ossements de sept dinosaures ont été déterrés, s'étonnent de la taille des os. Un fémur de 2,40 mètres de long, du diamètre d'un tronc d'arbre, attire notamment les curieux qui se prennent en photo devant le trésor. L'animal au long cou et à la longue queue devait mesurer 40 mètres de long, estiment les experts. "C'est un travail artisanal et lent", soupire le chercheur. Armés le plus souvent de pioches, de pelles et de balais, sans technologie moderne ni sonar, ils utilisent parfois des marteaux-piqueurs et des pelles mécaniques. Les paléontologues ont prévu de reprendre leurs travaux en septembre, quand les températures plus clémentes du printemps austral le permettront.

"On parle du dinosaure le plus grand du monde, mais pour nous le plus important c'est ce qui suit. Nous avons beaucoup de matériau, en très bon état de conservation", confie le paléontologue Alejandro Otero. "Du crâne, nous n'avons qu'une dent. Il nous manque aussi le cou, mais nous avons le dos et la queue. (...) Trouver le crâne est particulièrement important, souligne José Luis Carballido, car on n'a pas trouvé beaucoup de crânes de cette époque-là. Cette bestiole devait avoir une tête d'un mètre de long".

Au même endroit, non loin des ossements de sept herbivores, 70 dents de dinosaures carnivores ont été retrouvées, de même que des fossiles de troncs d'arbre et de feuilles. "Cela va nous permettre de reconstituer l'environnement et l'écosystème dans lequel ils vivaient, remarque-t-il. C'est comme une pochette surprise". Pour qu'un herbivore de 80 tonnes puisse s'alimenter, il fallait que la végétation soit abondante, mais aussi qu'elle se reconstitue rapidement, imagine-t-il, alors que la Patagonie est aujourd'hui une vaste plaine désertique entre les Andes et l'Atlantique.

"Les fossiles ont été trouvés à trois profondeurs différentes, chaque niveau correspond à un moment dans le temps. Il est clair pour nous qu'ils ne sont pas morts tous ensemble, mais la différence est de quelques mois ou quelques années", avance José Luis Carballido. Pourquoi ces dinosaures sont-ils morts à cet endroit ?

Les hypothèses sont diverses: un cimetière, car il n'y a que des ossements d'adulte, des sauropodes malades qui s'étaient éloignés du reste du groupe, ils auraient pu aussi s'embourber près d'une rivière en raison de leur poids. Une fois les ossements mis à nu, c'est la question du transport qui se pose. Et en attendant qu'une grue et un camion d'une entreprise de travaux publics soient disponibles, les trouvailles sont protégées dans un sarcophage de plâtre. Puis ils sont acheminés au Musée de Trelew. Pour l'instant, il y a de la place dans le musée, mais au rythme où vont les recherches, l'espace va manquer, avertit le chercheur argentin. Le dinosaure n'a pas encore été baptisé, mais son nom aura un lien avec la famille Mayo, propriétaire du champ où il a été découvert.

Nos partenaires