À la recherche de la matière noire

18/02/15 à 15:06 - Mise à jour à 15:22

Source: La Libre

Après deux ans d'inactivité, l'accélérateur de particules (LHC) de l'organisation européenne pour la recherche nucléaire se remet en marche. La machine, entièrement rénovée, pourrait permettre de découvrir une particule superpuissante, capable de révéler les mystères de la matière noire.

À la recherche de la matière noire

Une partie de l'accélérateur LHC © Reuters

Les améliorations et les réparations qui ont été effectuées vont permettre prochainement de fournir au plus grand accélérateur de particules du monde une puissance de 13 téraélectron-volts. Ce qui représente le double de ce que la machine atteignait auparavant et qui avait déjà permis de déboucher sur la découverte expérimentale du boson de Higgs en 2012.

Les scientifiques peuvent donc dorénavant expérimenter des théories qui étaient jusque-là invérifiables. Leur objectif premier est de s'intéresser à une super-particule, nommée neutralino.

Des recherches sur la matière noire

Pour les physiciens, le neutralino répondrait aux caractéristiques idéales pour former la matière noire. Elle est parfois mise en doute, car invisible. Mais elle peut être détectée par les effets gravitationnels qu'elle produit sur la matière visible. Cette composante mystérieuse, sur laquelle des scientifiques se penchent depuis plusieurs années, formerait 25 % du cosmos.

Beate Heinemann, professeur à l'Université de Californie à Berkeley et membre de la recherche, estime que leur expérience pourrait aboutir cette année. "Cela pourrait arriver dès cette année... si nous sommes vraiment chanceux", a-t-elle notamment déclaré. "Nous espérons être sur le point de découvrir un autre monde comme au début du XXe siècle", a-t-elle précisé, lors de la conférence annuelle de l'American society for the avancement of science (AAAS).

Selon La Libre, la machine devrait se mettre en route dès le printemps.

En savoir plus sur:

Nos partenaires