2012, année record de fonte des glaces en Arctique et d'émissions de CO2

06/08/13 à 21:11 - Mise à jour à 21:11

Source: Le Vif

2012 a compté parmi les dix années les plus chaudes sur le globe dans les annales avec une fonte record des glaces arctiques et des émissions sans précédent de dioxyde de carbone (CO2) provenant de combustibles fossiles, selon le dernier rapport annuel sur le climat publié mardi par l'agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

2012, année record de fonte des glaces en Arctique et d'émissions de CO2

© Thinkstock

Selon différentes mesures, 2012 a été la huitième ou la neuvième année la plus chaude depuis 1850.

"L'année dernière le thermomètre s'est situé de 0,14 à 0,17 degré Celsius au-dessus de la moyenne des températures enregistrées lors de la période 1981-2010", précise le rapport de la NOAA.

Les dix années où le mercure est monté au plus haut ont toutes été enregistrées depuis 1998 quand le courant chaud du Pacifique El Nino a été particulièrement puissant, précisent les scientifiques.

Ce réchauffement continu de la planète entraîne une fonte sans précédent des glaces arctiques.

L'étendue des glaces dans l'Océan arctique en septembre ainsi que la couverture neigeuse dans l'hémisphère nord ont toutes deux atteint des étendues minimales record en 2012.

Au Groenland, 97% de l'étendue de glace menace de fondre

Au Groenland, la calotte glaciaire a enregistré une fonte record les 11 et 12 juillet 2012 alors que 97% de l'étendue de glace a montré des signes de fonte, soit quatre fois plus que la moyenne pour cette époque de l'année.

Les émissions de CO2, principal gaz à effet de serre, provenant des énergies fossiles et de la production de ciment a atteint un nouveau record mondial l'an dernier avec 9,7 milliards de tonnes.

Cela s'est traduit par un accroissement de la concentration de CO2 dans l'atmosphère qui, au printemps 2012, a dépassé pour la première fois le seuil critique des 400 parts par million (ppm) dans sept des 13 observatoires arctiques.

Ce niveau est jugé dangereux par les scientifiques car il pourrait marquer le début d'un point de non-retour dans le réchauffement terrestre.

Nouvelle encourageante, le climat dans l'Antarctique a été stable en 2012. L'étendue maximale de glace a atteint un record en septembre 2012 depuis 1978, indique le rapport de la NOAA auquel 380 scientifiques dans le monde ont participé.

Nos partenaires