Scandale de corruption en Russie: l'ex-ministre de la Défense muet face aux enquêteurs

28/12/12 à 12:02 - Mise à jour à 12:02

Source: Le Vif

(Belga) L'ex-ministre russe de la Défense Anatoli Serdioukov, convoqué dans le cadre du scandale de corruption qui a abouti à son limogeage en novembre, a refusé de répondre vendredi aux questions des enquêteurs, selon les agences russes.

L'ancien ministre a expliqué ne pas vouloir s'exprimer en l'absence de son avocat, souffrant, et l'audition a été repoussée au 11 janvier, ont précisé Interfax et Ria Novosti. Arrivé peu avant 10H00 locales (07H00 en Belgique) à bord d'une voiture aux vitres teintées, M. Serdioukov n'a passé qu'une heure dans les locaux du comité d'enquête, la structure chargée de cette affaire qui porte sur un préjudice d'au moins 100 millions d'euros, selon les agences. "Pour qu'Anatoli Serdioukov soit entendu pour l'affaire de détournements de fonds du ministère de la Défense, il faut des motifs sérieux", a déclaré le porte-parole du comité d'enquête, Vladimir Markine. Le 6 novembre, Vladimir Poutine avait annoncé le limogeage du ministre à la suite de plusieurs enquêtes ouvertes à l'encontre d'une société affiliée au ministère, Oboronservis, pour fraude lors de la vente de biens publics. Selon les enquêteurs, certains responsables du ministère choisissaient les biens immobiliers les plus prestigieux, y investissaient d'énormes sommes d'argent public, puis organisaient leur revente à des prix inférieurs à ceux du marché, apparemment à leur profit. Cette affaire est la plus retentissante d'une série de poursuites lancées ces dernières semaines en Russie contre des responsables accusés de corruption, un mal qui gangrène le pays et mine la confiance de la population. Certains experts ont toutefois aussi évoqué, derrière le limogeage de M. Serdioukov, l'hypothèse de luttes d'influence entre clans internes au pouvoir. (JAV)

Nos partenaires