Une reconnaissance de l'électrosensibilité est "prématurée"

01/09/15 à 18:59 - Mise à jour à 18:59

Source: Belga

En Belgique, l'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques (électrosensibilité ou encore EHS) n'est a priori pas une "maladie reconnue", qui permettrait par exemple de justifier une incapacité de travail et des allocations pour handicap, a-t-on appris auprès de l'Inami et du Fonds des maladies professionnelles.

Une reconnaissance de l'électrosensibilité est "prématurée"

© iStockPhoto

Cette souffrance, au sujet de laquelle il ne semble pas exister de consensus scientifique, fait actuellement l'objet d'études en Belgique, précise-t-on. L'électrosensibilité est récemment revenue dans l'actualité à la suite de l'annonce du jugement d'un tribunal de Toulouse, en France, accordant à la plaignante des allocations pour personne handicapée car celle-ci, qui affirme souffrir d'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques, ne parviendrait plus à travailler normalement.

L'information a fait le tour des médias français, qui évoquent "une première" en France et une possible jurisprudence.

La Belgique n'en est pas au même stade. "En aucun cas on ne reconnait ce genre de pathologies", indique Eric Mazui, du Fonds des maladies professionnelles (FMP). "Il y a déjà eu des demandes informelles à ce sujet (...). Mais il n'y pas de reconnaissance de 'maladie de travail' pour ce genre de souffrances. En général, nous suivons la logique qui veut que si maladie il y a dans ce cas, il s'agirait plutôt d'une maladie environnementale, puisque les gens évoquent le lien avec une centrale électrique environnante, par exemple. Mais il n'y pas non plus de critère médical établi à ce sujet."

La question de la reconnaissance en Belgique de l'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques est "prématurée", confirme l'Inami, qui précise que "des études sont en cours". "L'Université de Gand réalise actuellement une étude sur ce type de plaintes, plutôt rare", indique Geneviève Speltincx, de la cellule communication. "Par ailleurs, l'étiologie est scientifiquement encore imprécise."

En savoir plus sur:

Nos partenaires