Un test sanguin pour prédire une probable crise cardiaque dans les cinq ans

21/06/16 à 13:47 - Mise à jour à 13:45

Source: The Independent

Des niveaux élevés d'anticorps dans le sang pourraient réduire le risque de maladie cardiovasculaire, selon des scientifiques.

Un test sanguin pour prédire une probable crise cardiaque dans les cinq ans

© Getty Images/iStockphoto

Un simple test sanguin pourrait déterminer si un patient est susceptible de souffrir d'une maladie coronarienne dans les cinq ans à venir, a démontré une nouvelle étude. Les scientifiques ont découvert que les patients avec un taux élevé d'immunoglobuline G (IgG) - une classe de molécules anticorps -, étaient moins susceptibles de souffrir d'une maladie cardiovasculaire, y compris AVC et crise cardiaque. Et ce, même en prenant en compte des facteurs comme l'hypertension artérielle et le cholestérol. "Si nous arrivons à mieux sélectionner les patients qui nécessitent vraiment un suivi étroit et des traitements préventifs, nous pourrions à coup sûr prévenir les maladies du coeur menant à des crises cardiaques ", a confié un des scientifiques au journal The Independent.

Bien que le taux d'immunoglobuline ne soit généralement pas considéré comme pertinent dans le risque de maladies cardiovasculaires, il est évident que certains types pourraient réduire le risque d'athérosclérose (perte d'élasticité des artères), mais d'autres types pourraient produire l'effet inverse. Selon une récente étude, menée sur 1.753 sujets durant cinq ans, ceux avec les plus hauts taux d'IgG avaient 58% de risques en moins d'avoir une crise cardiaque. 38% d'entre eux avaient moins de risques d'avoir un AVC ou un autre problème cardiovasculaire.

Grâce au test sanguin, et une fois l'efficacité de ce dernier confirmé par d'autres études, " nous espérons que moins de patients feront l'objet d'un traitement inapproprié et que plus de patients oubliés dans le passé auront un suivi et un traitement adapté ", explique le Dr Ramzi Khamis du National Heart and Lung Institute, un des auteurs de l'étude. Il espère également que ses recherches permettront de réduire la mortalité due aux crises cardiaques.

En savoir plus sur:

Nos partenaires