Traitement de la douleur : "Nous sous-estimons la force de notre cerveau"

29/03/18 à 15:50 - Mise à jour à 15:49

Source: Knack

Depuis trente ans, Bart Morlion étudie la douleur persistante - même après des opérations ou une amputation. "Il n'est pas rare que la douleur soit une indication indirecte de traumatismes ou de familles désunies." Entretien avec notre confrère de Knack.

"Tout ce qui fait mal", répond en souriant Bart Morlion, anesthésiste et spécialiste de la douleur, quand on lui demande ce qu'il entend par douleur. On dirait un peu la Médecine pour les nuls, mais c'est une définition qui tient la route. "J'aime bien l'utiliser parce qu'elle tient compte de la composante subjective de la douleur", déclare Morlion, spécialisé en douleurs chroniques et directeur du centre de la douleur de l'UZ Leuven. La définition scientifique de la douleur souligne également cet élément subjectif, et parle d'une expérience déplaisante, sensorielle, et très émotionnelle. "L'expérience de la douleur est différente pour tous, et dépend de facteurs environnementaux et de votre histoire personnelle, ce qui rend le traitement évidemment extrêmement complexe."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires