Sur la question de l'IVG, la société est moins frileuse que le politique (Sondage)

20/04/18 à 14:21 - Mise à jour à 14:39
Du Le Vif/L'Express du 19/04/18

La laïcité organisée a mené une enquête sur l'avortement en Belgique. Le Vif/L'Express en livre les enseignements.

La situation paraît quelque peu surréaliste et sans doute hypocrite. Sur le papier, l'avortement demeure inscrit dans le Code pénal, qui le définit à l'article 350 comme un " délit contre l'ordre des familles et la morale publique ". Le législateur criminalise également l'information et la publicité portant sur l'avortement. Depuis 1990, et la loi Lallemand/Herman-Michielsens, l'acte est partiellement dépénalisé. Ainsi il est maintenu dans le Code, mais la loi ne le punit pas si toutes les conditions suivantes sont respectées : être enceinte de maximum douze semaines depuis la conception, que l'" état de détresse " de la femme soit reconnu, qu'elle soit avertie des risques médicaux d'une interruption volontaire de grossesse (IVG) et de la possibilité de l'adoption. En outre, la patiente doit observer un délai légal de six jours pour confirmer son souhait avant de pouvoir effectivement avorter.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires