Premier pas vers l'interdiction wallonne de fumer en voiture en présence d'enfant

30/11/17 à 17:45 - Mise à jour à 17:45

Source: Belga

Le gouvernement wallon a approuvé jeudi un avant-projet de décret sur la qualité de l'air intérieur, prévoyant une batterie de mesures préventives et répressives, dont l'interdiction de fumer en voiture en présence de mineurs d'âge.

Premier pas vers l'interdiction wallonne de fumer en voiture en présence d'enfant

© Getty Images/iStockphoto

Le texte habilitera le gouvernement wallon à réglementer ou interdire l'usage de certains produits dans les établissements ouverts au public et dans d'autres espaces clos à déterminer.

"En ce sens, fumer en voiture en présence d'enfant sera bientôt repris dans la liste des infractions et sanctionné comme tel", confirme le ministre wallon de l'Environnement Carlo Di Antonio.

Le gouvernement wallon pourra en outre fixer des exigences d'entretien et de contrôle de l'emploi d'appareils, en ce compris les dispositifs d'aération et de climatisation.

Le texte - qui doit encore effectuer plusieurs passages au gouvernement, être soumis aux organes d'avis puis à l'approbation du parlement - envisage aussi de mettre en place un dispositif permettant de solliciter une évaluation de la qualité de l'air intérieur de son logement ou de tout bâtiment public (sur avis médical et sous certaines conditions).

Un service compétent d'évaluation sera ainsi amené, sur base d'indicateurs fixés par le gouvernement, à venir contrôler la qualité de l'air au sein de ces bâtiments. A la clé, un rapport d'évaluation de la qualité de l'air et des risques environnementaux ou sanitaires ainsi que, le cas échéant, des recommandations et actions correctrices.

Pour la prévention, un guide usuel de bonnes pratiques sera mis à disposition des citoyens. Il comportera notamment un questionnaire d'auto-évaluation de la qualité de l'air et des recommandations.

Une étude française a estimé qu'une mauvaise qualité de l'air intérieur causerait annuellement 99.000 décès prématurés par an et une perte économique de l'ordre de 19 milliards d'euros, selon le ministre cdH. "Cette pollution relève d'un véritable enjeu de santé publique dès lors que nous passons 90% de notre temps dans des espaces clos", souligne-t-il. L'examen d'un autre avant-projet sur l'interdiction des véhicules diesel les plus polluants a quant à lui été reporté.

En savoir plus sur:

Nos partenaires