Pourquoi les cheveux deviennent-ils blancs ?

06/01/17 à 13:07 - Mise à jour à 13:18

Source: Bodytalk

Avec l'âge, les cheveux grisonnent. Chez certaines personnes, ces cheveux " gris " apparaissent très tôt, alors que d'autres conservent leur couleur originale bien plus longtemps. Qu'est-ce qui cause cette transformation ?

Pourquoi les cheveux deviennent-ils blancs ?

© iStock

Nous possédons chacun(e), en moyenne de 100.000 à 150.000 cheveux sur la tête. Chaque cheveu est implanté dans un petit follicule pileux. Ces follicules sont au nombre de 250 à 300 par centimètre carré entre 30 et 50 ans, puis diminuent de densité à partir de la cinquantaine. Un follicule pileux peut produire environ 20 cheveux durant une vie humaine, et chaque cheveu pousse pendant plusieurs années. Il peut atteindre un mètre de longueur. À la fin de ce cycle de pousse, le cheveu tombe et est remplacé par un nouveau.

Chaque cheveu se compose d'un cylindre intérieur (la moelle du cheveu) et d'un cortex. Les cellules du cortex contiennent diverses protéines, dont la bien connue kératine, ainsi que des granules de pigments. Ces pigments sont fabriqués par des mélanocytes, cellules spécialisées qui ne se trouvent que dans le follicule. Elles produisent deux sortes de pigment : la phéomélanine rouge et l'eumélanine brun-noir. La couleur de nos cheveux résulte de la proportion entre ces deux pigments et de leur répartition dans la chevelure, deux propriétés déterminées par le patrimoine génétique de chacun. La moelle, quant à elle, ne contient pas de pigments.

Sous l'influence des rayons ultraviolets, les pigments se décolorent car ils absorbent les rayons UV, ce qui explique qu'en été, nos cheveux ont tendance à s'éclaircir. Mais comment le cheveu devient-il gris ? Voici l'explication qu'en donne le dermatologue et spécialiste capillaire Dominique Van Neste : " À un moment donné, les mélanocytes présents dans le follicule pileux arrêtent de produire du pigment. Cet arrêt est brutal, et non pas progressif comme on pourrait le croire. Il en résulte un cheveu blanc. Habituellement, ils font leur apparition sur les tempes d'abord, puis à l'arrière de la tête et enfin au sommet du crâne. " Les premiers follicules cessent toute production entre 20 et 30 ans. C'est un phénomène génétiquement programmé, sur lequel on n'a absolument aucune prise.

Phénomène d'optique

La lumière qui tombe sur un cheveu dont les mélanocytes sont devenus inactifs n'est dès lors plus absorbée par le pigment, mais réfléchie en lumière blanche : " En fait, les cheveux blancs ne sont pas blancs, mais incolores ! La couleur blanche n'est autre que la réflexion de la lumière sur le cheveu non pigmenté. Les cheveux gris n'existent d'ailleurs pas non plus. La couleur grise résulte d'un effet d'optique produit par le mélange de cheveux pigmentés et non pigmentés ", poursuit le Dr Van Neste. Des mesures ont permis d'établir que les cheveux non pigmentés sont plus épais que les cheveux pigmentés. Leur vitesse de pousse est aussi légèrement supérieure à celle des cheveux pigmentés. " C'est comme si le cheveu qui ne doit plus produire de pigment mettait davantage d'énergie dans sa croissance ". Consolation ?

Blancs en une nuit ?

Le grisonnement résulte donc du fait que certaines cellules du follicule cessent à un moment donné de produire du pigment. Ce moment est déterminé par notre ADN. Mais peut-il aussi être influencé par des facteurs environnementaux ? " Les gens pensent que le stress hâte le blanchissement. Selon moi, le stress est invoqué à tort et à travers pour expliquer toutes sortes de phénomènes pour lesquels on n'a aucune explication. Au niveau scientifique, aucun lien direct n'a encore pu être démontré entre une vie stressante d'une part et le fonctionnement des mélanocytes dans les follicules d'autre part. Ce qui ne veut pas dire que c'est exclu. "

Pourtant, les légendes racontent que certaines personnes ont attrapé des cheveux blancs du jour au lendemain : les cheveux de Marie-Antoinette, par exemple, auraient blanchi d'un coup la nuit avant qu'elle ne soit guillotinée. Sont-ce des inventions ? " Il est impossible que vos cheveux changent de couleur en une nuit. Il existe certes une affection auto-immune, l'alopecia diffusa, qui rend les cheveux totalement gris en quelques semaines. Les personnes qui sont prédisposées à cette affection produisent, lors d'émotions fortes, des auto-anticorps et des lymphocytes T cytotoxiques qui s'attaquent aux follicules pileux des cheveux pigmentés. Résultat : les cheveux pigmentés tombent. Il ne reste alors que les cheveux blancs non pigmentés. Les gens ont dès lors l'impression que leurs cheveux sont brusquement devenus gris, alors qu'en fait, ce sont leurs cheveux pigmentés qui sont tombés à un rythme accéléré ", explique le Dr Van Neste. Il est possible que Marie-Antoinette soit devenue blanche dans les dernières semaines avant d'être guillotinée ; peutêtre souffrait-elle d'alopecia diffusa. Mais l'expression anglaise " turning white overnight " (attraper des cheveux blancs en une nuit) est littéralement impossible car il faut au minimum dix jours avant que le cheveu se détache suite à l'attaque autoimmune des follicules pileux. D'après les estimations, 0,5 à 1 % de la population présenterait une prédisposition génétique à l'alopecia diffusa. Ceux qui n'ont pas cette prédisposition ne deviendront jamais gris prématurément, même après un événement traumatisant.

Une alimentation saine ou des compléments alimentaires peuvent-ils raviver la couleur des cheveux, les rendre plus épais ou même prévenir leur chute, comme semblent le suggérer certaines publicités ? " Dans des conditions normales, on ne doit pas attendre trop des compléments alimentaires. Des carences graves, en revanche, peuvent avoir un impact. Le kwashiorkor par exemple, est une maladie qui résulte d'une sérieuse carence en protéines. Les enfants qui en sont atteints - pensons aux terribles images de famine en Afrique - ont le ventre gonflé et les cheveux tirant sur le rouge-orangé. Cette coloration résulte d'une perturbation dans la production de pigments, qui laisse ressortir la couleur jaune-rouge de la kératine. Le même phénomène s'observe chez les enfants souffrant d'un manque de zinc, dont les cheveux prennent aussi un reflet rouge. Il existe encore d'autres anomalies métaboliques qui peuvent influencer la couleur des cheveux. Mais grosso modo, on peut dire que les changements de couleur, ou même la perte de cheveux suite à un manque de vitamines ou à d'autres carences alimentaires, sont rares dans nos contrées. "

Perte de cheveux saisonnière

Chez les animaux, le pelage, la fourrure ou le plumage subissent des modifications en fonction des saisons. En hiver les animaux ont besoin d'un " revêtement " spécial. En tant que mammifères supérieurs, les êtres humains portent encore la trace de ce phénomène de mue dans leur matériel génétique. Dominique Van Neste explique : " Cette variation saisonnière fait jouer l'hormone prolactine, qui est également impliquée dans la croissance du cheveu. De brusques variations des taux de prolactine font passer les cheveux de la phase de croissance à la phase de repos qui dure 2-3 mois. C'est pourquoi, deux à trois mois après un pic de prolactine, nous perdons statistique ment plus de cheveux, (comme après un accouchement). Or la prolactine augmente surtout en présence de lumière extérieure, ce qui correspond généralement à la période estivale. C'est pourquoi les gens se plaignent davantage de perte de cheveux en automne. " Tout le monde n'est cependant pas sensible à cette perte de cheveux saisonnière. Beaucoup s'en aperçoivent à peine.

Par Marleen Finoulst

Nos partenaires