Plus de 100 bébés issus d'une maturation in vitro nés en Belgique

13/08/15 à 14:16 - Mise à jour à 14:25

Source: Belga

Depuis novembre 2010, plus de 100 bébés issus d'une maturation in vitro (MIV) sont nés en Belgique, indique jeudi l'expert en fertilité Michel De Vos, de l'UZ Brussel (hôpital universitaire de Bruxelles).

Plus de 100 bébés issus d'une maturation in vitro nés en Belgique

© EPA

A l'échelle mondiale, quelques milliers d'enfants sont issus de cette technique. Dans le même domaine, l'UZ Brussel a désormais posé un pas plus loin, avec une primeur européenne relayée jeudi dans les journaux De Morgen et Het Laatste Nieuws.

La maturation in vitro, déjà pratiquée depuis plusieurs années avec succès dans cet hôpital, consiste en le prélèvement, chez des femmes qui ne parviennent pas à tomber enceintes, d'ovocytes immatures. On va les ponctionner directement dans les ovaires, qui ne subissent aucune stimulation hormonale, au contraire de ce qui se passe lors d'une fécondation in vitro. L'ovocyte immature prélevé est ensuite mis en culture en laboratoire, où il est amené à maturation puis fécondé et replacé dans l'utérus de la patiente. Grâce à cette technique, une centaine de bébés inespérés sont nés en Belgique depuis 2010, année de la première grossesse ainsi réussie chez nous. La primeur européenne relayée jeudi dans les médias concerne un accouchement qui a eu lieu fin juillet. Cette fois, l'UZ Brussel a appliqué la maturation in vitro à des ovocytes qui traditionnellement auraient atterri à la poubelle, étant issus de "déchets" créés à la suite du prélèvement et du "découpage" d'un ovaire chez une patiente malade, en vue de la congélation de tissu ovarien. La cryopréservation ovarienne n'est pas neuve: elle sert à "mettre de côté" du tissu ovarien avant que la patiente malade n'entame un traitement comme une chimiothérapie ou radiothérapie, qui risque de compromettre sa fertilité future en endommageant les ovaires. On ré-implante les tissus décongelés quand la patiente est guérie, en espérant qu'elle retrouve un appareil reproducteur fonctionnel. Pour 40 femmes, l'UZ Brussel a déjà provoqué la maturation in vitro d'ovocytes issus d'ovaires prélevés. La patiente qui a accouché en juillet est la première à avoir pu et voulu réaliser son désir de grossesse. Les autres sont encore en rémission ou sous chimio.

En savoir plus sur:

Nos partenaires