Pas de raison d'arrêter la prise des pilules Diane 35, selon l'AFMPS

28/01/13 à 14:06 - Mise à jour à 14:06

Source: Le Vif

Les pilules Diane 35, un traitement des laboratoires de l'allemand Bayer contre l'acné, mais à l'usage détourné comme contraceptif oral, ont été pointées du doigt ce week-end par l'Agence française du médicament, qui a confirmé quatre décès "liés" au traitement. Ces pilules sont accusées de provoquer la formation de caillots sanguins.

Pas de raison d'arrêter la prise des pilules Diane 35, selon l'AFMPS

© Thinkstock

En Belgique, l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) souligne que la balance bénéfice-risque de ces contraceptifs reste toujours positive et qu'il n'y a donc pas de raison qui justifie l'arrêt de leur prise.

Les médecins généralistes, les gynécologues et les pharmaciens ont reçu un courrier à ce sujet, précise l'AFMPS, qui relaie la mise au point effectuée la semaine dernière par l'Agence européenne des médicaments (EMA).

Il est bien établi, indique ainsi l'EMA, que la prise de ces contraceptifs entraîne un risque très faible de formation de caillots sanguins (effet indésirable très rare), et que ce risque varie selon le type de contraceptif oral combiné. Comme tous les autres médicaments, ces médicaments sont constamment et rigoureusement maintenus sous étroite surveillance.

Il est recommandé aux médecins, ajoute l'EMA, d'évaluer la balance bénéfice-risque individuelle pour chaque patiente, de rechercher les facteurs de risque de thrombose (antécédents familiaux, tabagisme, hypertension artérielle par exemple) et d'assurer un suivi clinique surtout au cours de la première année de traitement.

L'Agence nationale française de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avait indiqué dimanche que Diane 35 et ses génériques faisaient l'objet d'une "analyse spécifique" et qu'un "rapport complet, ainsi que des mesures concernant l'utilisation de ce traitement de l'acné", seraient "rendus publics la semaine prochaine."

L'agence a fait état sur ces 25 dernières années de quatre décès "imputables à une thrombose veineuse liée à Diane 35."

En savoir plus sur:

Nos partenaires