"Parfois, ce n'est pas grave de perdre quelqu'un de vue"

26/12/17 à 11:13 - Mise à jour à 11:13

Source: Knack

Lors des fêtes de fin d'année, notre consoeur de Knack Ann Peuteman se sent toujours un peu nostalgique. Durant son enfance, tout était tellement plus chaleureux. Ou n'est-ce qu'une impression ? "Les adultes utilisent les réseaux sociaux pour retrouver des vieilles connaissances. Mais les jeunes ne perdront plus jamais un de leurs amis virtuels suite aux hasards de la vie. Et ils ne connaîtront donc jamais ce trouble si particulier qui nous submerge lorsqu'on retombe de façon impromptue sur un ami qu'on n'a plus vu depuis très longtemps.

J'étais plus âgé que lui d'à peine un mois et demi. On en riait souvent à l'époque. Il me disait souvent que j'en rirais beaucoup moins lorsque nous aurions 40 ou 50 ans. Après nos études nous nous sommes lentement, mais irrémédiablement perdus de vue. Comme cela arrive si souvent dans la vie. À chaque anniversaire pourtant , je pensais à lui et à son mois et demi de sursis. Surtout lorsque j'ai fêté mes 40 ans. Sauf que lorsque j'aurai 50 ans, ce sera différent. Il sera 6 ans et 6 mois plus jeune que moi.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires