OMS: 9,3 millions de personnes de plus auront droit aux soins contre le VIH

30/06/13 à 11:25 - Mise à jour à 11:25

Source: Le Vif

Quelque 9,3 millions de personnes supplémentaires auront le droit d'avoir accès aux médicaments antirétroviraux utilisés contre le VIH, selon les nouvelles recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publiées dimanche et visant à éviter trois millions de décès liés au sida d'ici 2025.

OMS: 9,3 millions de personnes de plus auront droit aux soins contre le VIH

© Reuters

Selon les estimations, 26 millions de personnes vivant avec le VIH dans les pays à revenu faible ou moyen remplissent les critères de nouvelles directives de l'OMS pour recevoir un traitement antirétroviral (TAR) alors qu'elles n'étaient que 16,7 millions, selon les recommandations de 2010.

L'application des nouvelles lignes directrices de l'OMS pourrait permettre d'éviter jusqu'à trois millions de décès liés au sida et 3,5 millions de nouvelles infections par le VIH entre 2013 et 2025.

Pour parvenir à ces objectifs, l'investissement financier annuel total dans la lutte contre le VIH devra considérablement augmenter. "Les estimations de 2011 montraient qu'une réponse effective au VIH -- selon les recommandations de 2010 -- dans les pays à revenu faible et moyen coûterait entre 22 et 24 milliards de dollars (entre 16,7 et 18,2 milliards d'euros) par an jusqu'en 2015", a expliqué Gundo Weiler, coordinateur au département du VIH/sida à l'OMS.

"Il est maintenant estimé que ce chiffre annuel devrait être augmenté d'environ 10% si les nouvelles recommandations sont pleinement mises en oeuvre", soit plus de 2 milliards de dollars par an, a-t-il ajouté.

Basées sur une approche de santé publique visant à élargir davantage l'utilisation des antirétroviraux pour le traitement et la prévention du VIH, les nouvelles lignes directrices de l'OMS répondent aux nouvelles données scientifiques et aux pratiques ayant vu le jour depuis 2010 et recommandent notamment de traiter de manière plus précoce les malades afin de freiner au plus vite le développement du virus dans le sang.

MSF salue ces nouvelles recommandations

Médecins Sans Frontières (MSF) salue les nouvelles directives de l'OMS et "appelle à une mise en oeuvre rapide de ces recommandations ainsi qu'à un soutien international, politique et financier accru", indique MSF dans un communiqué.

L'OMS préconise désormais l'instauration précoce d'un traitement antirétroviral (ARV) chez les personnes séropositives, l'amélioration des protocoles visant à prévenir la transmission mère-enfant et une surveillance régulière et plus efficace de la "charge virale" des patients. Pour MSF, ces recommandations changent radicalement la donne. "Rien ne motive davantage les patients à respecter leur traitement contre le VIH que de savoir que le virus est 'indécelable' dans leur sang", explique le Dr Gilles Van Cutsem, coordinateur médical de MSF en Afrique du Sud. "Le dépistage de la charge virale est le meilleur moyen de savoir si les patients doivent poursuivre leur traitement de première ligne ou passer à un traitement de deuxième ligne".

L'introduction de ces nouvelles recommandations augmentera également le nombre de patients désormais éligibles au traitement. "Des pays comme la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la Guinée et le Myanmar ont dix ans de retard en matière de lutte contre le VIH et bien trop de patients meurent faute d'avoir accès au traitement. Il convient d'améliorer la couverture des populations vulnérables comme les pauvres des régions rurales", dit encore le Dr Van Cutsem.

MSF exhorte les gouvernements bailleurs de fonds et le Fonds mondial destiné à financer les programmes de traitement contre le VIH à soutenir la mise en oeuvre de ces nouvelles directives. "La communauté internationale ne doit pas permettre que des patients ayant besoin d'un traitement soient toujours négligés dans les pays et régions instables, où les systèmes de santé sont défaillants ou la volonté politique absente", conclut-il.

MSF traite actuellement 28.000 patients contre le VIH dans 21 pays.

En savoir plus sur:

Nos partenaires