Nos allergies sont un héritage génétique de Néandertal

11/01/16 à 12:10 - Mise à jour à 12:09

Les allergies de l'homme moderne proviendraient de gènes hérités il y a 40.000 ans.

Nos allergies sont un héritage génétique de Néandertal

© Thinkstock

L'homme moderne a hérité des allergies, il y a environ 40.000 ans, à la suite de croisements avec des Néandertaliens et Dénisoviens, cousins éteints de l'être humain moderne.

C'est le résultat de deux études, publiées le 7 janvier dernier dans la revue American Journal of Human Genetics. Avec ces accouplements préhistoriques, tous les hommes modernes ont hérité de 1 à 6 % de gènes d'anciens hominidés, dont l'homme de Néandertal et de Denisova, explique Sciences et Avenir. Ces gènes ont été transmis aux hommes modernes lorsque les premiers groupes ont quitté l'Afrique pour venir en Europe. Ils ont alors eu des rapports sexuels avec des Néandertaliens, déjà établis en Eurasie.

Janet Kelso, principal auteur d'une des deux études, a scanné les génomes d'hommes modernes pour détecter des gènes de Néandertaliens ou de Denisoviens. Deux des trois gènes du système immunitaire correspondaient à de l'ADN de Néandertal et le troisième à celui de Denisova. Le plus courant d'entre eux a été trouvé dans presque toute la population mondiale, le second surtout chez les Asiatiques et le troisième, similaire à l'ADN de Denisova et rare, dans un petit groupe d'Asiatiques.

Cet héritage génétique joue un rôle primordial dans notre système immunitaire, selon les deux études. Cela prouve que les gènes hérités, même vieux de milliers d'années, peuvent être un avantage pour l'adaptation et l'évolution de l'Homme, notamment en dopant le système immunitaire. "Notre étude montre que les croisements avec des humains archaïques ont eu des implications pratiques pour les hommes modernes, dont la plus évidente a été notre adaptation à l'environnement en améliorant notre résistance aux pathogènes et notre métabolisme pour digérer de nouveaux aliments", explique Janet Kelso, du Max Planck Institute en Allemagne, principal auteur d'une des études. "Les Néandertaliens avaient vécu en Europe et dans l'ouest de l'Asie pendant 200.000 ans avant l'arrivée des humains modernes. Ils étaient probablement bien adaptés au climat, à l'alimentation et aux pathogènes et en s'accouplant avec eux, nous humains modernes avons hérité de ces adaptations avantageuses", poursuit-elle.

Mais ces gènes peuvent également conférer des inconvénients et mènent, selon les études, à une sensibilité excessive du système immunitaire. C'est ce phénomène qui est à la base de nos allergies. Les personnes porteuses de ces gènes sont donc plus susceptibles d'avoir de l'asthme, le rhume des foins ou d'autres allergies.

(OL)

En savoir plus sur:

Nos partenaires