Modifier son hygiène de vie pour éviter la maladie d'Alzheimer

16/07/14 à 11:34 - Mise à jour à 11:34

Source: Le Vif

Selon une étude publiée dans la très sérieuse revue The Lancet Neurology, des millions de cas d'Alzheimer pourraient être évités si l'on modifiait notre hygiène de vie.

Modifier son hygiène de vie pour éviter la maladie d'Alzheimer

© iStock

L'étude menée par Carol Brayne, professeur de santé publique à l'université de Cambridge, conclut qu'un tiers des cas de maladie d'Alzheimer pourraient être évités en ayant une meilleure hygiène de vie. Selon les chercheurs, la maladie serait en effet liée à la fois à la génétique et à l'environnement.

Pour réaliser ses recherches, Carole Brayne et son équipe se sont penchées sur sept facteurs de risques ayant un lien avéré avec la maladie. Il s'agit du diabète, de l'hypertension, de l'obésité apparue en milieu de vie, de l'inactivité physique, de la dépression, du tabagisme et d'un faible niveau d'éducation.

Résultat : en réduisant ces facteurs de risque de 10 %, ce sont 9 millions de malades dans le monde d'ici 2050 qui pourraient être évités, soit 8.5 %.

Mais attention, "ces facteurs ne sont pas la cause de la maladie d'Alzheimer", rappelle le professeur Françoise Forette, gérontologue interrogée par AlloDocteurs.fr. "Mais il est vrai qu'en plus du facteur génétique, l'environnement, et en particulier les facteurs de risque cardio-vasculaires, jouent un rôle prééminent", ajoute-t-elle.

Le niveau d'éducation est également un facteur majeur. "Quand vous avez un haut niveau d'éducation et lorsque vous avez corrigé tous vos facteurs de risque, à niveau égal de lésion, votre cerveau est tellement plus performant qu'il supporte ces lésions et que la maladie est retardée", explique-t-elle. Cela signifie donc que vous avez plus de chance de mourir de votre "belle mort" avant de ressentir les effets de la maladie.

La stimulation intellectuelle est donc essentielle tout au long de la vie. Une étude vient de démontrer chez les artisans et les commerçants que "si vous travaillez une année de plus, vous diminuez de 3 % l'incidence de la maladie d'Alzheimer et de 15 % si vous passez de 60 à 65 ans", affirme le professeur Forette.

En conclusion, la correction des risques cardio-vasculaires, la stimulation cognitive et la stimulation physique réduisent l'apparition des symptômes de la maladie d'Alzheimer.

En savoir plus sur:

Nos partenaires