Manger beaucoup et ne pas grossir: comment fonctionne "un bon métabolisme"?

14/06/16 à 14:06 - Mise à jour à 14:11

Source: Knack

Quand une personne mange d'importante quantités de nourriture, mais ne prend pas beaucoup de poids, on dit souvent qu'elle a "un bon métabolisme". Mais qu'est-ce que cela signifie au juste ? Peut-on accélérer son métabolisme de base en faisant du sport ?

Manger beaucoup et ne pas grossir: comment fonctionne "un bon métabolisme"?

© Getty Images/iStockphoto

Lorsque l'on compare deux personnes de la même taille qui mangent environ la même chose et que l'on remarque que l'une d'entre elles grossit plus vite, on dit qu'elle a un métabolisme plus lent. Mais qu'est-ce que cela signifie précisément ? Et est-il possible de ralentir son métabolisme ou de l'accélérer ? Le site américain VOX nous donne quelques explications à ce sujet.

Chaque cellule du corps

De nombreuses personnes parlent de leur métabolisme comme s'il s'agissait d'un muscle ou d'un organe qu'ils peuvent contrôler à leur guise. Ce n'est pas si simple que cela. Le métabolisme se rapporte à une série de processus chimiques de notre corps qui fait que les calories que l'on ingurgite sont transformées en énergie pour pouvoir continuer à vivre. Une évaluation de son métabolisme donne donc le nombre de calories qu'une personne brûle alors qu'elle est au repos. Les organes les plus importants - le cerveau, le foie, les reins, et le coeur -comptent pour environ la moitié de l'énergie brûlée.

De "base"

Le corps brûle de l'énergie de trois façons différentes. Premièrement, quand il est au repos, c'est le métabolisme de base. Il s'agit de l'énergie dont a besoin le corps pour fonctionner au jour le jour. Ensuite vient l'énergie pour assimiler la nourriture et celle nécessaire à la pratique d'activités physiques. L'idée que le métabolisme de base fait brûler la majorité des calories sur une journée est surfaite. Le sport et les autres activités physiques quotidiennes représentent 10 à 30% de la consommation de calories. L'assimilation de la nourriture compte, elle, pour 10% du métabolisme. C'est la raison pour laquelle on perd lentement du poids rien qu'en faisant du sport.

Différent de personne à personne

Le métabolisme varie d'une personne à l'autre, mais les scientifiques n'arrivent pas encore à bien déterminer comment. Ainsi, deux personnes de même taille et poids présenteront des systèmes métaboliques très différents. Il y a bien des indications qui déterminent à quelle vitesse le métabolisme d'une personne donnée fonctionne, comme la masse musculaire contre le pourcentage de graisse, l'âge, ou encore, les facteurs génétiques. Le sexe de la personne est aussi important à prendre en compte. Les femmes brûlent ainsi moins de calories en comparaison avec les hommes.

L'âge

A 60 ans, si une personne n'a pas de graisse et est musclée, elle brûlera quand même moins de calories que quand elle avait 20 ans. Le métabolisme ralentit de façon très graduelle, et ce, déjà à partir de 18 ans.

Accélérer son métabolisme?

Bien que certains nutritionnistes et coachs sportifs conseillent d'augmenter son métabolisme afin de perdre plus de poids plus rapidement, dans la pratique, c'est très difficile.

Il n'existe que quelques substances - comme le café ou les piments - qui peuvent accélérer le métabolisme de base. Mais cette augmentation est si faible qu'on ne verra presque aucun résultat sur la perte de poids. Avoir plus de muscles peut un peu aider le corps à brûler plus d'énergie. Car la règle d'or est la suivante : plus on a de muscles et moins on a de graisse, et plus rapide sera notre métabolisme. Les muscles brûlent en effet plus de calories que la masse graisseuse. Un bémol toutefois soulevé par Michael Rosenbaum de la l'Université de Columbia: "plus vous avez des muscles, plus rapide sera votre métabolisme, mais plus importante sera aussi la propension à manger davantage." Accélérer son métabolisme se révèle donc être plutôt difficile, le ralentir plus simple. Le fait de rester longtemps assis, de ne pas boire assez d'eau ou de dormir top peu ont ainsi une impact sur le ralentissement du métabolisme.

(AVE)

En savoir plus sur:

Nos partenaires