Maltraitance infantile : "Au secours, docteur !"

21/06/16 à 12:01 - Mise à jour à 12:01

Source: Bodytalk

On sait que le nombre de cas de maltraitance d'enfants signalés par les prestataires de soins reste étonnamment faible dans notre pays. Mais pourquoi ?

Vingt ans après le choc de l'affaire Dutroux et cinq ans après la découverte des abus commis par l'évêque Vangheluwe et un certain nombre d'autres hommes d'Église, la maltraitance infantile demeure dans notre pays un sujet extrêmement délicat. Faute d'obligation de signalement et de méthodes d'enregistrement uniformes, l'ampleur du problème reste mal connue. D'après les chiffres des Équipes SOS Enfants en Communauté française et des Vertrouwenscentra Kindermishandeling en Flandre, 2 à 3 % à peine des cas signalés le sont par des généralistes. Pourtant, ils endossent souvent le rôle de médecin de famille et sont donc idéalement placés pour repérer rapidement d'éventuels abus. Le Centre Fédéral d'Expertise des Soins de Santé (KCE) a voulu comprendre cette donnée et cherche les moyens pour inverser la tendance.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires