Les sages-femmes peuvent désormais prescrire certains médicaments

27/01/14 à 18:45 - Mise à jour à 18:45

Source: Le Vif

Les sages-femmes belges peuvent à présent, à l'instar de leurs collègues néerlandaises et françaises, prescrire certains médicaments, se réjouissent lundi les organisations professionnelles de sages-femmes, dont l'Union des sages-femmes de Belgique (UPSfB) et l'Association francophone des sages-femmes catholiques (AFSFC).

Les sages-femmes peuvent désormais prescrire certains médicaments

© Thinkstock

Un arrêté royal en ce sens a en effet été publié le 14 janvier dernier au Moniteur. Jusqu'à la parution de cet arrêté royal, les sages-femmes devaient orienter les patientes vers un médecin, généraliste ou gynécologue, pour se procurer une prescription médicamenteuse nécessaire à leurs traitements. Une situation qui générait "un surcoût financier, tant pour la patiente que pour la société", précisent les organisations dans un communiqué commun. Désormais, toutes les sages-femmes hospitalières et libérales seront habilitées à prescrire certains médicaments, repris dans une liste annexée à l'arrêté royal, rédigée par le Conseil fédéral des sages-femmes et validée par les Académies de Médecine du pays.

L'une des conditions pour qu'une sage-femme puisse prescrire ces médicaments est qu'elle ait suivi une formation complémentaire "en pharmacologie appliquée spécialisée", ajoute Anne Niset, présidente de l'AFSFC. "Les sages-femmes qui sortiront des études après 2014 auront déjà les compétences requises." Pour les autres, des formations seront organisées.

Cet arrêté royal "est une évolution positive pour la reconnaissance de la profession" en Belgique et en Europe, selon les organisations de sages-femmes du pays. "C'est un gain d'argent et de travail qui soulage le travail", poursuit Anne Niset. Les sages-femmes attendent encore la publication d'autres arrêtés royaux, faisant suite à une loi de 2006, relatifs à la réalisation d'échographies et la rééducation du périnée.

Nos partenaires