Les médecins violeurs existent aussi

14/07/18 à 10:30 - Mise à jour à 10:08
Du Le Vif/L'Express du 05/07/18

Ils sont une minorité. Pourtant, les médecins violeurs existent. Probablement plus que les plaintes et les condamnations le laissent entrevoir. Car la parole des patientes victimes n'est pas toujours écoutée et la lourdeur des mécanismes de sanctions - quand ils existent - permet une certaine impunité.

Pascale (1) a 18 ans. Sans doute est-elle stressée, comme chacune l'est lors d'une toute première visite gynécologique. Elle se déshabille, s'allonge sur la table. Le médecin fait sortir son stagiaire, ferme la porte du cabinet. A clé. Il ôte ses gants. Ses doigts insistent, s'attardent. La jeune fille n'a pas l'impression de vivre un examen, mais de subir des gestes de pénétration sexuelle et de masturbation. Elle porte plainte. Comme Françoise qui, quelques mois plus tard, a rendez-vous pour une échographie du dos. Malgré cette prescription précise, le docteur Joël H. réalise un examen vaginal. A nouveau, ses doigts s'appesantissent, sur ses seins, son ventre, son clitoris. Il essaie même de l'embrasser, affirmera-t-elle aux policiers qui enregistrent sa déposition.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires