")})}else Q(t)?t.top.open(e,n):t.location.assign(e)}function P(t){t.style.setProperty("display","inherit","important")}function J(t){return t.height<1}function W(t){return 0==t.offsetHeight}function k(t,e){var n="";for(i=0;i=2)){var o=n.getBoundingClientRect();if("undefined"==typeof n.width)var r=n.offsetHeight,d=n.offsetWidth;else var r=n.height,d=n.width;if(0!=r&&0!=d){var u=o.left+d/2,c=o.top+r/2,l=e.documentElement,p=0,f=0;if(t.innerWidth&&t.innerHeight?(p=t.innerHeight,f=t.innerWidth):!l||isNaN(l.clientHeight)||isNaN(l.clientWidth)||(p=e.clientHeight,f=e.clientWidth),0<=c&&c<=p&&0<=u&&u<=f){if(t.uabAv[i]++,t.uabAv[i]>=2){var s=function(){};L(a,s,s),t.clearTimeout(t.uabAvt[i])}}else t.uabAv[i]=0}}}t.UABPdd=I;var q=O("head"),X=null;navigator.userAgent.search("Firefox")==-1&&(e.addEventListener?e.addEventListener("DOMContentLoaded",G,!1):e.attachEvent&&e.attachEvent("onreadystatechange",function(){"complete"===e.readyState&&G()})),t.addEventListener?t.addEventListener("load",G,!1):t.attachEvent&&t.attachEvent("onload",G),t.addEventListener?t.addEventListener("addefend.init",G,!1):t.attachEvent&&t.attachEvent("addefend.init",G)}(window,document,Math); /* 8b8d3f43ce757a6128ceba6c64535a54 */

Les médecins qui octroient trop de jours de congé de maladie seront placés sous monitoring

15/09/17 à 18:03 - Mise à jour à 18:03

Source: Belga

Le conseil des ministres a adopté vendredi, à l'initiative de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Maggie De Block, de nouvelles directives visant à "responsabiliser" les médecins dans l'octroi de jours de congé de maladie.

Les médecins qui octroient trop de jours de congé de maladie seront placés sous monitoring

Maggie De Block © BELGA/Laurie Dieffembacq

Les médecins recevront des précisions sur la manière dont ils doivent fixer la période d'indisponibilité. Ce nouveau système permettra d'examiner "objectivement" comment chaque médecin s'écarte d'autres médecins avec un même profil en ce qui concerne la durée et le nombre de périodes d'indisponibilité.

"Ces écarts peuvent répondre à des objectifs et des raisons valables. Si ces raisons ne le sont pas, les médecins seront responsabilisés", a averti Mme De Block (Open Vld), sur la base du mécanisme sanctionnel permettant aujourd'hui à l'Inami de placer un prestataire de soins sous monitoring lorsqu'il prescrit trop de médicaments.

Sollicitée, l'Association belge des syndicats médicaux (Absym) souligne qu'il faudra veiller à objectiver cette surveillance pour pouvoir effectuer des comparaisons valables. "La pratique de la médecine dans une zone où il y a beaucoup de chômeurs n'est pas la même que dans une autre où vivent plutôt des familles avec enfants ou des personnes bien portantes", illustre son président Marc Moens. "A défaut, l'on risquerait de s'attaquer à un médecin qui travaille bien mais qui fait face à une patientèle particulière."

L'Absym ne s'oppose donc pas a priori à une telle mesure. Elle n'entend en effet pas défendre les fraudeurs, qu'il faut sanctionner, selon elle. Mais l'organisation déplore malgré tout une nouvelle mesure de contrôle du travail des médecins. "Big Brother nous surveille. Ce n'est pas très agréable d'exercer sa profession dans des circonstances pareilles", assure Marc Moens.

En savoir plus sur:

Nos partenaires