Les enfants influencés par les points de vente de malbouffe sur le trajet vers l'école

28/06/16 à 10:56 - Mise à jour à 10:54

Source: Slate

Sans surprise, la présence de point de vente de malbouffe sur le trajet de l'école a une influence sur les achats alimentaires des enfants. Ce qui est en revanche plus étonnant, c'est que ce n'est pas le trajet à pied ou à vélo qui est le plus " à risque ".

Les enfants influencés par les points de vente de malbouffe sur le trajet vers l'école

© iStock

Une étude réalisée par l'Université de Western, au Canada, a cherché à savoir si la présence de points vente de nourriture malsaine sur le trajet de l'école pouvait influencer le comportement alimentaire des enfants et des adolescents. Logiquement, la réponse est oui.

Comme le rappelle Slate, une précédente étude avait déjà démontré que la présence de fast-food dans un rayon de 150 mètres autour d'une école augmentait le risque d'obésité des élèves de 5 %.

Cette nouvelle étude a travaillé plus précisément sur le trajet vers l'école en s'aidant de la géolocalisation. Pendant deux semaines, les mouvements de 654 enfants, âgés de 9 à 13 ans, habitant à Londres et dans le comté de Middlesex, au Canada, ont été étudiés à l'aide de GPS.

Lorsqu'un enfant approchait à moins de 50 mètres d'un point de vente de nourriture malsaine, les chercheurs enregistraient le temps d'exposition. Un relevé des achats effectués durant les trajets vers l'école a également été fait par les chercheurs.

Sans surprise, la proximité de junk food sur le trajet de l'école influence les achats des enfants. La tentation se fait d'autant plus forte lorsque le temps d'exposition s'allonge. Ainsi, les enfants avaient 1.7 % de chance de faire un achat s'ils étaient exposés à de la nourriture malsaine pendant moins d'une minute, mais le taux était dix fois plus élevé lorsque ce temps s'élevait à 16 ou 17 minutes.

Autre observation, les enfants ont plus tendance à faire des achats sur le trajet du retour qu'à l'aller.

Jason Gilliland, responsable de l'étude affirme dans un communiqué que "cette étude fournit des preuves solides que l'environnement alimentaire influe sur les comportements d'achat de nourriture. Contrairement aux études antérieures, ces résultats apportent une forte précision, grâce à l'utilisation de la technologie GPS pour capter plus précisément l'exposition".

Cependant, ce ne sont pas les trajets à pied ou à vélo qui donnent lieu au plus grand nombre d'achats, mais bien ceux en voiture et donc en compagnie d'adultes. "Cela suggère la puissante influence que les parents peuvent avoir sur les habitudes alimentaires de leurs enfants, et la nécessité d'en avoir conscience. Cela montre aussi qu'un mode actif de voyage peut être plus sain, non seulement pour l'activité physique, mais aussi pour la nutrition", explique encore Jason Gilliland.

Nos partenaires