Les cinq clés pour doper son intelligence

25/08/14 à 08:05 - Mise à jour à 08:04

Source: Le Vif

Les conseils de Pierre-Marie Lledo, auteur du Cerveau sur mesure, pour améliorer ses capacités cérébrales.

Les cinq clés pour doper son intelligence

© Thinkstock

Les formidables progrès des neurosciences depuis vingt ans montrent que nos capacités cérébrales sont évolutives, multiples, protéiformes. Et peuvent croître à tout âge ou progresser en fonction de notre histoire, de notre environnement. Pour optimiser ses facultés, nous avons demandé à Pierre-Marie Lledo, directeur du département des neurosciences à l'Institut Pasteur à Paris et coaoteur, avec Jean-Denis Vincent, du Cerveau sur mesure (Odile Jacob), de nous livrer quelques conseils..

1. Ne jamais sombrer dans la routine. Chercher régulièrement à comprendre et à élucider des problèmes complexes améliore la malléabilité du cerveau. La curiosité intellectuelle est donc le bon moyen d'améliorer notre santé mentale. En somme, nous devons chercher à éviter la routine.

2. Lutter contre l'"infobésité". Le trop-plein d'informations est nuisible et facteur de stress. Il faut s'obliger à faire le tri entre ce qui est utile pour comprendre une situation et ce qui relève juste d'un savoir dont on pourrait parfaitement se passer. Surtout lorsqu'il est combiné à la dictature de l'instantané.

3. Eviter l'usage chronique des somnifères et des tranquillisants. Très utiles pour traiter certaines souffrances, ils doivent être substitués chaque fois que cela est possible et jamais utilisés de façon durable, car ils modifient le fonctionnement du cerveau et sont nuisibles à la plasti¬cité cérébrale.

4. Lutter contre la sédentarité. L'exercice physique, qui oxygène les muscles, mais aussi le cerveau, est indispensable pour garder une bonne santé mentale. Il permet aussi au cerveau de fonctionner ponctuellement en mode automatique, une bonne façon de lâcher prise pour cesser de ruminer.

5. S'intéresser aux autres. Certaines parties de notre pensée ne s'activent que lorsque nous échangeons avec autrui. Longtemps méconnu, le cerveau social est un facteur de l'équilibre mental puisque échanger avec l'autre permet d'engager des régions de notre cerveau qui, sinon, seraient au repos.

O.L.N. et V.O.

Lire notre dossier Quelle intelligence avez-vous ? dans Le Vif/L'Express de cette semaine.

En savoir plus sur:

Nos partenaires