Les capteurs des bracelets connectés sont-ils vraiment fiables ?

27/05/16 à 10:50 - Mise à jour à 10:47

L'entreprise de bracelets connectés Fitbit est attaquée en justice pour publicité mensongère. Les capteurs ne seraient pas assez précis pour mesurer la fréquence cardiaque.

Les capteurs des bracelets connectés sont-ils vraiment fiables ?

© iStock

C'est l'un des arguments de vente des montres connectées : calculer le rythme cardiaque en temps réel pour optimiser sa forme physique et ajuster ses efforts. Mais peut-on se fier à ces données ? Trois plaintes ont été déposées aux Etats-Unis contre l'entreprise Fitbit, spécialisée dans ce type de gadgets. Le cabinet d'avocats Lieff Cabraser, qui représente les plaignants, a mandaté deux médecins pour étudier et déterminer le niveau de fiabilité des deux bracelets de la gamme concernés.

Lors de l'expérience, 43 participants ont du faire 65 minutes d'exercice, en portant les deux bracelets connectés, un à chaque poignet. Leur rythme cardiaque réel était également mesuré grâce à un électrocardiographe. Résultat : jusque 23 battements par minute de différence entre l'électrocardiogramme et l'un des bracelets. Ces derniers tendent à sous-estimer le rythme cardiaque. Les mesures entre les deux bracelets étaient également différentes. Les auteurs de l'étude ont donc conclu que "les capteurs (des bracelets testés) n'enregistrent pas le rythme cardiaque de manière précise, en particulier lors du passage d'un exercice modéré à intensif". On est bien loin de la précision promise dans les publicités de la marque, et la sous-estimation du rythme cardiaque pourrait pousser les utilisateurs à aller au-delà de leurs limites.

L'entreprise Fitbit a réagi à ces résultats, pointant du doigt le "manque de rigueur scientifique" de l'expérience (un panel de 43 personnes, testées une seule fois). Ce n'est cependant pas la première fois que la précision des bracelets connectés est mise en doute. Le mois dernier, le site Numerama rapportait des observations similaires, de la part d'urgentistes. Ces derniers avaient utilisé les données d'un patient cardiaque et avaient remarqué une grande sous-estimation du bracelet par rapport aux appareils médicaux classiques.

Nos partenaires