Les bonnes questions à se poser pour optimiser sa psychothérapie

22/12/15 à 15:31 - Mise à jour à 15:35

Source: Bodytalk

Vous envisagez une psychothérapie, mais vous avez peur de perdre votre temps ? Vous en avez entamé une, mais vous avez l'impression qu'elle ne vous mène nulle part ? Dans son dernier livre, Si votre psychothérapie n'avance pas,* le psychiatre français Alain Gérard vous explique comment éviter ou supprimer les blocages.

"Je ne peux pas parler de 'ça' à quelqu'un que je ne connais pas... ", " Mon thérapeute ne me soutient pas du tout ", " J'en ai marre, ça ne finira jamais, et il ne veut pas que j'arrête ! ", " Il n'ouvre jamais la bouche... et il ne m'aide pas à sortir de mon silence à moi "... Si les Belges sont de plus en plus nombreux à consulter un " psy " - parmi les personnes qui souffrent de dépression, par exemple, plus de 40 % affirment suivre ou avoir suivi une psychothérapie - le résultat n'est pas toujours à la hauteur de leurs espérances. " En fait, trop de gens s'embarquent dans une psychothérapie sans y avoir vraiment réfléchi, constate Alain Gérard. Et ils y restent parce qu'ils ne veulent pas avoir fait 'tout ça pour rien', ou pour ne pas faire de la peine à leur thérapeute, ou pour ne pas susciter chez leur conjoint des réflexions désabusées... bref, pour toutes sortes de mauvaises raisons. Pour optimiser sa thérapie, il faut poser - et se poser - les bonnes questions. "
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires