Les Belges sont trop craintifs pour être heureux

11/09/13 à 11:01 - Mise à jour à 11:01

Source: Le Vif

Selon le rapport sur le "bonheur mondial" publié ce lundi par les Nations Unies, la Belgique ne figure plus dans le top 20 des pays les plus heureux du monde et dégringole de la 15e à la 21e place. Tout comme l'année passée, le Danemark caracole en tête du classement dont le top cinq est complété par la Norvège, la Suisse, les Pays-Bas et la Suède. D'après le sociologue Mark Elchardus (VUB), ce piètre résultat est dû à notre sentiment d'insécurité.

Les Belges sont trop craintifs pour être heureux

© Thinkstock

Le classement a été établi à partir de sondages interrogeant les répondants sur six critères de base : le PIB par tête, l'espérance de vie, la générosité, l'absence de corruption, la possibilité de pouvoir compter sur quelqu'un et le sentiment d'être libre de ses choix.

L'expert en bonheur Leo Bormans, auteur du livre The World Book of Happiness, estime que le manque de confiance des Belges les empêche d'être pleinement heureux. D'après le sociologue Elchardus, cette méfiance découle d'un sentiment d'insécurité. "L'impact de ce que les gens voient et lisent dans les médias est important. Les nouvelles politiques se font plus agressives, un article rapportant un meurtre continue à nous trotter en tête même si on n'a jamais été victime de criminalité. N'oublions pas non plus que les personnes d'un certain âge éprouvent un besoin plus grand de sécurité. Et nous sommes une population âgée" explique-t-il dans le journal De Morgen.

Selon l'expert en bonheur Leo Bormans, le pourcentage beaucoup plus élevé de plaques portant l'inscription "Attention, chien méchant" par rapport aux écriteaux "Bienvenue" postés à l'entrée de nombreuses habitations, illustre très bien cet état d'esprit. "Nous nous barricadons et ce comportement nous rend solitaires" explique-t-il.

Il ajoute que le chômage et la précarité de l'emploi portent également préjudice à la confiance. Cette situation mènerait à un sentiment de compétitivité sur le lieu de travail qui ferait également obstacle au sentiment de bonheur.

En savoir plus sur:

Nos partenaires