Le tabagisme recule légèrement dans l'UE, mais un Belge sur quatre fume toujours

30/05/15 à 17:15 - Mise à jour à 17:28

Le tabagisme a légèrement reculé en 2014 dans l'Union européenne, avec 26% de fumeurs. C'est le cas en Belgique, où la proportion de fumeurs est passée de 27% en 2012, à 25% en 2014. La cigarette électronique gagne du terrain, mais ses vertus contre le tabagisme ne convainquent pas, ressort-il d'une enquête Eurobaromètre publiée vendredi, alors que la journée mondiale sans tabac a lieu dimanche.

Le tabagisme recule légèrement dans l'UE, mais un Belge sur quatre fume toujours

© Thinkstock

La Belgique se situe juste en dessous de la moyenne européenne avec un quart de fumeurs. Ceux-ci fument en moyenne 14 cigarettes par jour. Un Belge sur cinq (19%) est un ancien fumeur et 56% de la population n'a jamais fumé, selon le baromètre.

Selon le sondage la tendance à la baisse par rapport à 2012, où 28% des Européens fumaient, est plus prononcée parmi les jeunes. La consommation de tabac des 15-24 ans est passée en deux ans de 29% à 25%, même si l'âge moyen auquel les Européens commencent à fumer reste inchangé, à 17,6 ans.

Le clivage Nord-Sud s'élargit: la Grèce compte 38% de fumeurs, suivie de la Bulgarie (35%). La France se situe également au dessus de la moyenne européenne, avec 32% de fumeurs. En revanche, en Suède et Finlande, ils représentent respectivement 11% et 19% de la population.

La cigarette électronique gagne du terrain: 12% des Européens l'ont testée, contre 7% deux ans auparavant, et 2% l'utilisent, soit deux fois plus qu'en 2012. Mais la moitié juge que ce produit est nocif pour la santé et 63% prône son interdiction là où il est interdit de fumer. Si 67% des utilisateurs ont déclaré y recourir pour réduire ou cesser leur consommation de tabac, seuls 14% d'entre eux "ont réussi à arrêter de fumer, ce qui montre que cette méthode n'est pas particulièrement efficace en matière de sevrage" a relevé la Commission dans un communiqué. Les fumeurs qui recourent également à l'e-cigarette consomment d'ailleurs davantage de cigarettes par jour que ceux qui ne l'utilisent pas.

Au vu de cette enquête, l'UE doit redoubler d'efforts dans la lutte contre le tabac, a plaidé dans un point de presse le commissaire européen à la Santé, Vytenis Andriukaitis. Il a souligné l'engagement de la Commission à garantir la transposition par les 28, prévue au 1er mai 2016, de la nouvelle directive antitabac adoptée en 2014, renforçant notamment les mesures de dissuasion.

Il a aussi jugé que le "paquet neutre", adopté par l'Irlande et en voie de l'être au Royaume-Uni et en France, était un "outil utile", alors que la mesure est contestée par les cigarettiers. Le baromètre montre d'ailleurs que la packaging reste un élément déterminant dans le choix d'une marque de cigarettes. 22% déclarent que l'emballage est important dans leur choix.

Le commissaire s'est également inscrit en faux contre une reconduction par la Commission des accords qui la lient à divers fabricants de cigarettes en matière de lutte contre la contrebande. L'exécutif européen doit émettre prochainement un avis sur le sort de l'accord avec Philip Morris, qui lui verse 1,25 milliard d'euros par an depuis 2004 au titre de la lutte contre ce trafic. Le cigarettier conteste en justice la nouvelle directive antitabac. Le groupe de travail antitabac du Parlement européen est contre cette reconduction. Selon eux, les fabricants organisent eux même le commerce parallèle pour contrer les politiques de prix dissuasives des États.

En savoir plus sur:

Nos partenaires