Le nombre de travailleurs stressés est stable

08/03/16 à 06:54 - Mise à jour à 06:53

Source: Belga

Deux travailleurs belges sur trois (62%) subissent "un stress démesuré au travail", une proportion stable par rapport à 2013, mais les effets liés au stress ont augmenté de 30%, constate le baromètre bisannuel réalisé par le prestataire de services de ressources humaines Securex. Plus de 1.600 personnes ont participé à l'étude.

Le nombre de travailleurs stressés est stable

© iStock

Le nombre de travailleurs qui font face à plusieurs effets négatifs réels du stress est ainsi passé de 42% en 2013 à 54% en 2015. Ces employés se plaignent, par exemple, de maux de tête, de palpitations et d'insomnies, de perte de concentration, de pensées dépressives ou des accès de colères rapides... Autant d'effets négatifs qui peuvent découler du stress lié au travail ou du stress lié à la sphère privée.

Cette augmentation des effets liés au stress se traduit notamment par "une forte baisse des performances de travail": parmi les travailleurs ressentant plusieurs effets liés au stress, 23% déclarent moins bien travailler comparés à leurs collègues (14% en 2013).

Les principaux facteurs de stress liés au travail mis en évidence dans cette étude de 2015 sont l'augmentation de la charge physique et émotionnelle du travail et la réduction de l'autonomie ressentie par les travailleurs. Les autres causes du stress directement liées au travail, comme la pression du travail et la mise en oeuvre d'une politique de changement inadaptée, sont toujours considérés comme problématiques mais restent par contre stables par rapport à 2013.

Enfin, selon le baromètre, les travailleurs ayant une longue carrière dans une organisation bien précise courent plus le risque d'avoir des problèmes physiques, ainsi que mentaux. En outre, les personnes moins instruites (diplôme secondaire) sont plus affectées par les effets du stress (38%) que les personnes plus instruites (32%), ainsi que les ouvriers (41% contre 32% des employés, y compris les cadres). Une des explications réside sans aucun doute dans la différence d'autonomie et de contraintes physiques, selon Securex.

En savoir plus sur:

Nos partenaires