Le KCE plaide pour la démédicalisation de la grossesse

30/06/15 à 06:44 - Mise à jour à 06:44

Source: Belga

Le Centre Fédéral d'Expertise des Soins de Santé (KCE) a remis à jour ses recommandations cliniques pour le suivi médical des femmes enceintes à bas risque.

Le KCE plaide pour la démédicalisation de la grossesse

© iStock

Le KCE déconseille tout examen dont les bénéfices pour la future mère et le bébé ne seraient pas nettement supérieurs à ses désavantages. Les recommandations s'inscrivent dans la tendance édictée par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de démédicaliser la grossesse, "qui n'a rien d'une maladie", rappelle le centre.

Le KCE réitère ses recommandations pour toute une série d'examens dont les bénéfices restent bien établis: la surveillance du poids, de la tension artérielle, l'examen des urines, l'écoute du coeur du bébé, le dépistage du diabète, etc. Il maintient également le nombre d'échographies nécessaires à deux (début et mi-grossesse), voire trois (au troisième trimestre).

Le nombre de consultations prénatales reste idéalement de dix pour une première grossesse et de sept pour les suivantes. Le KCE déconseille tout dépistage dont les bénéfices pour la future mère et le bébé ne seraient pas nettement supérieurs à ses désavantages. Le centre explique en effet que de nombreux examens de dépistage "ne sont pas à 100% précis".

En cas de résultat anormal, il s'agira beaucoup plus souvent d'une fausse alerte que d'une vraie anomalie, mais elle entraînera alors des examens supplémentaires et un important stress chez la mère, selon le KCE.

Le centre rappelle en outre que la grossesse n'a rien d'une maladie. "Les recommandations s'inscrivent dans la volonté de l'OMS de démédicaliser la grossesse", peut-on lire dans le communiqué.

Le KCE pointe également l'importance de toujours informer les futurs parents par rapport aux examens qui leur sont proposés. "Il est indispensable qu'ils soient en mesure de peser le pour et le contre en toute connaissance de cause avant de prendre des décisions parfois cruciales pour la suite de la grossesse", conclut le KCE. Chaque année la Belgique enregistre plus de 125.000 naissances.

En savoir plus sur:

Nos partenaires